03.12.2007 -

Le Directeur général condamne le bombardement d'une radio rebelle au nord du Sri Lanka

Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd'hui le raid aérien qui a visé la station de radio Voix des Tigres, tuant cinq membres du personnel. Au total, plus de dix personnes auraient été tuées lors de cette attaque.

« Je condamne le bombardement de la radio Voix des Tigres », a déclaré le Directeur général. « Quel que soit le contenu des émissions diffusées par la Voix des Tigres, il n'excuse pas des frappes militaires sur un média civil. De telles actions sont contraires à la Convention de Genève qui demande aux militaires de traiter les employés des médias comme des civils. Tuer des employés des médias ne peut aider à la réconciliation et j'exhorte les autorités à garantir le respect de ce droit de l'homme fondamental qu'est la liberté d'expression ».

 

Des avions de l'armée sri-lankaise ont frappé le 27 novembre la station de radio située près de Kilinochchi, au nord du pays. La Voix des Tigres est la radio des rebelles tamouls. Dix civils auraient été blessés lors de l'attaque ; le nombre exact de pertes humaines diffère selon les sources.

 

L'UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse. L'article 1 de son Acte constitutif déclare que l'Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l'Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d'information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu'elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l'image...»




<- retour vers Toutes les actualités