09.12.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre du propriétaire de radio Radwan Gharyani et du journaliste Saleh Hafyana en Libye

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a fait part de sa préoccupation concernant la sécurité des professionnels des médias en Libye après le meurtre du propriétaire de radio Radwan Gharyani le 1er décembre et du journaliste Saleh Hayana le mois dernier.

« Je déplore le meurtre de Radwan Gharyani et de Saleh Hayana », a déclaré la Directrice générale. « Je suis très préoccupée par la situation des médias en Libye. Le pluralisme des médias et la liberté d’expression doivent être protégés. J’exhorte les autorités à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour traduire les auteurs de ces attaques visant les médias en justice », a-t-elle conclu.

Radwan Gharyani, 44 ans, a été retrouvé mort à Tripoli. Propriétaire et dirigeant de la radio Tripoli FM, qui diffuse essentiellement de la musique occidentale, il a été abattu par des inconnus. D’après les informations disponibles, le photographe de l’agence de presse Fassato news, Saleh Haifyana, aurait été tué au cours d’une manifestation pacifique devant le siège d’une milice le 15 novembre avec 40 autres civils. Plusieurs autres journalistes ont été blessés quand les miliciens ont ouvert le feu sur les manifestants.

Ces meurtres portent à trois le nombre de journalistes tués en Libye cette année ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Toutes les actualités