27.09.2006 -

Le Directeur général condamne le meurtre du journaliste bangladais Bellal Hossain Dafadar

Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd'hui l'assassinat du journaliste Bellal Hossain Dafadar, agressé le 14 septembre à Kalaroa Upazila, au sud-ouest du Bangladesh.

« Je condamne l'assassinat de Bellal Hossain Dafadar », a déclaré le Directeur général. Il a ajouté : « Je suis affligé par cette nouvelle attaque contre un journaliste du Bangladesh et je demande aux autorités de veiller à ce que de tels crimes ne restent pas impunis. Il est essentiel que les journalistes puissent mener à bien leur devoir professionnel et exercer le droit de l'homme fondamental que constitue la liberté d'expression dans l'intérêt de la démocratie et de l'Etat de droit ».

 

Bellal Hossain Dafadar, âgé de 38 ans et correspondant du quotidien Janabani, basé à Khulna, a été poignardé par quatre ou cinq inconnus alors qu'il rentrait chez lui à bicyclette, vers 19h. Les assaillants l'ont grièvement blessé et il est décédé le jour même à l'hôpital.

 

D'après le Comité de protection des journalistes (CPJ), neuf journalistes ont été tués au Bangladesh au cours des cinq dernières années.

 

L'UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse. L'article 1 de son Acte constitutif déclare que l'Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l'Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d'information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu'elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l'image...»




<- retour vers Toutes les actualités