09.05.2011 -

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste brésilien Valério Nascimento

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd'hui le meurtre du journaliste brésilien Valério Nascimento, propriétaire du journal Panorama Geral, survenu le 3 mai.

« Valério Nascimento était journaliste, propriétaire de journal et politicien. Son meurtre constitue une attaque manifeste contre le droit des citoyens à débattre et à s'engager dans l'action politique : deux droits interdépendants essentiels dans toute démocratie », a déclaré la Directrice générale. « Je condamne ce meurtre et je compte sur les autorités brésiliennes pour que ce crime - qui a eu lieu alors que l'on célébrait la Journée mondiale de la liberté de la presse- ne reste pas impuni ».

 

Valério Nascimento a été abattu dans le jardin de sa maison de Rio Claro (Etat de Rio de Janeiro). Quelques jours plus tôt, il avait publié un article évoquant des irrégularités administratives dans la ville de Bananal, dans l'Etat de Sao Paulo. Valério Nascimento avait brigué le poste de président de l'Association des citoyens.

 

D'après Reportes sans frontières, il s'agit du deuxième journaliste tué au Brésil en l'espace d'un mois. Luciano Pedrosa Leitão, de la radio Metropolitana FM, avait été abattu dans la campagne de l'Etat de Pernambuco, au début du mois d'avril. Le blogueur Ricardo Gama avait été grièvement blessé à la suite d'une tentative de meurtre à la fin du mois de mars. Des inconnus lui avaient tiré dessus dans la ville de Rio de Janeiro.

L'UNESCO est l'agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse. En vertu de l'Article premier de son Acte constitutif, l'Organisation est tenue « d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d'information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu'elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l'image ».




<- retour vers Toutes les actualités