18.06.2009 -

Le Directeur général condamne le meurtre du journaliste guatémaltèque Marco Antonio Estrada

Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd'hui le meurtre du journaliste de télévision Marco Antonio Estrada, assassiné le 6 juin à Chiquimula, au sud-est du pays.

« Je condamne le meurtre de Marco Antonio Estrada », a déclaré le Directeur général. Il a ajouté : « Je m'inquiète des effets de l'escalade de violence contre les journalistes que connaît le Guatemala et notamment de son impact négatif sur la qualité de l'information. Il est essentiel que les responsables de ces crimes soient traduits en justice si l'on veut que soient respectés l'inaliénable droit à la liberté d'expression et le droit des citoyens à l'information ».

 

Marco Antonio Estrada, âgé de 39 ans, travaillait comme correspondant local de la chaîne nationale Telediario Canal 3. Il traitait entre autres sujets du crime organisé et du trafic de drogue. Le journaliste a été abattu dans une rue de Chiquimula par un inconnu.

 

Le Comité de protection des journalistes (CPJ) fait état d'une violence croissante au Guatemala ces dernières années et cette violence liée au crime organisé génère un climat de terreur

L'UNESCO est le seul organisme des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse. En vertu de l'Article premier de son Acte constitutif, l'Organisation est tenue « d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples. » À ces fins, elle doit « favorise[r] la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d'information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu'elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l'image. »




<- retour vers Toutes les actualités