22.01.2010 - ODG

La Directrice générale continue sa visite officielle à Washington, DC

© UNESCO/Hans D'OrvilleIrina Bokova speaking at Capitol Hill during her first official visit to the United States as UNESCO Director-General

La journée de la Directrice générale ce jeudi, 21 janvier à Washington a commencé par une conversation téléphonique avec S.E. la Gouverneure générale du Canada Mme Michaëlle Jean.

Mme Bokova a informé Mme Jean des efforts que l’UNESCO déploie avec ses partenaires pour remettre en état de marche aussi rapidement que possible le système scolaire haïtien. L’envoyé spécial de la Directrice générale à Haïti, M. Bernard Hadjadj, est également en contact avec les autorités haïtiennes afin de planifier l’aide à plus long terme au système scolaire (par exemple pour la reconstruction de bâtiments scolaires conformes aux normes antisismiques), ainsi que pour la mise sur pied de projets culturels à même de contribuer à la reconstruction à Haïti d’un tissu social cohérent et fier de sa créativité. Mme Jean a en outre accepté le principe d’une participation au Haut Panel sur la paix et le dialogue entre les cultures que l’UNESCO mettra prochainement en place dans le cadre de l’année internationale du rapprochement des cultures.

Cette conversation a été suivie d’une réunion de travail avec la Commission nationale américaine pour l’UNESCO, qui a donné à notre Directrice générale l’occasion d’expliquer sa stratégie pour la relance de l’UNESCO, et d’écouter les suggestions et priorités de nos partenaires américains, notamment concernant la reconstruction d’Haïti, l’Education Pour Tous, la coopération scientifique internationale, le patrimoine mondial et la poursuite des réformes dans la gestion de l’organisation.

Mme Bokova s’est ensuite rendue au Congrès pour une série d’entretiens avec les Représentants Ileana Ros-Lehtinen, Nita Lowey, Russ Carnahan et Howard Berman. La contribution de l’UNESCO à l’aide internationale à Haïti, l’Education Pour Tous et les efforts particuliers à faire pour assurer l’alphabétisation, des femmes et l’accès des filles à l’enseignement, le patrimoine mondial et la poursuite de la réforme de l’UNESCO ont été parmi les thèmes abordés.

Lors d’une réunion de travail à la Banque mondiale, M. Graeme Wheeler, Managing Director, et les spécialistes de l’Education de la Banque ont remercié l’UNESCO pour l’offre généreuse d’accueillir au sein du bureau de l’UNESCO à New York Mme Carol Bellamy, présidente du conseil d’administration de la Fast Track Initiative pour l’Education Pour Tous. Le dernier rapport mondial de suivi sur l’Education Pour Tous lancé à New York par Mme Bokova le 19 janvier dernier en présence du secrétaire général Ban Ki-moon évalue à 16 milliards de US$ par an les besoins de financement des objectifs de l’Education Pour Tous (EPT) dans les pays à faible revenu. Plus que jamais, il est important de renforcer les synergies et la coopération entre les principaux acteurs multilatéraux de l’EPT (UNESCO, Banque Mondiale, UNFPA, UNDP et UNICEF), y compris en vue d’un renforcement du chapitre « Education » dans les différents UNDAF (Plan Cadres des Nations Unies pour l’Aide au Développement). C’est dans ce contexte que se situe le détachement de Mme Bellamy à l’UNESCO. Le rôle essentiel de promotion au niveau mondial que doit jouer notre Organisation, dans l’identification, et l’évaluation (benchmarking) de politiques publiques efficaces et dans le développement de l’expertise et des capacités au niveau des pays du Sud a été souligné. Il est également essentiel que des formes innovantes de financement soient développées afin de combler le déficit de financement de l’EPT.

Les entretiens à la Banque mondiale ont en outre porté sur les perspectives pour l’Education Pour tous en Afrique qu’offrira la réunion à haut niveau sur l’éducation à Addis Abeba (Ethiopie) en février prochain, et notamment sur la contribution des STI (Science-Technologie-Innovation) aux politiques d’Education. La coopération fructueuse entre l’UNESCO et la Banque mondiale afin de renforcer l’impact des STI dans le programme Unis dans l’Action en Tanzanie a été soulignée. Les deux organisations vont examiner les possibilités de poursuivre cette coopération au service des priorités d’autres Etats, particulièrement en Afrique. La Banque mondiale a en outre invité l’UNESCO à participer au groupe de pilotage sur les STI qu’elle  va mettre en place très prochainement.

Enfin, Mme Bokova a rappelé avec force le rôle central que doit jouer la culture sous toutes ses formes dans toute politique durable de développement économique et social. Les responsables de la Banque sont conscients de ce défi, particulièrement important à la veille du sommet qui fera en septembre prochain à New York  le bilan de la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Mme Bokova a ensuite rencontré le Dr Richard Kurin, Secrétaire général de la Smithsonian Institution. Plusieurs pistes d’actions conjointes entre l’UNESCO et la Smithsonian ont été évoquées, notamment en ce qui concerne le patrimoine immatériel ou les formes innovantes de financement au profit des sites naturels et culturels du Patrimoine mondial. L’entretien qui a suivi avec les responsables de la National Oceanic and Atmospheric Administration a porté sur la très active participation des Etats-Unis dans le programme de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI), ainsi que sur l’utilité que représenterait le développement de davantage de synergies entre la COI et les autres programmes de l’UNESCO, y compris au sein du secteur des Sciences. Les Etats-Unis encouragent en outre, sous les auspices de l’UNESCO, une participation accrue de scientifiques africains aux travaux de la COI.

La journée s’est terminée par une réception qu’offrait la Fondation des Nations Unies à la Directrice générale dans les bâtiments du Congrès des Etats-Unis d'Amérique. Cette réception à réuni autour de Mme Bokova et des dirigeants de la Fondation des Nations-Unies un grand nombre d’amis et de partenaires américains de l’UNESCO, et a été l’occasion pour la Directrice générale de remercier chaleureusement la Fondation pour l’appui sans faille qu’elle apporte à de nombreuses activités de l’UNESCO depuis des années, au service de la Paix et d'un monde plus juste et plus prospère.




<- retour vers Toutes les actualités