18.12.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre de la journaliste iraquienne Nawras Al-Nouaimi

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné le meurtre de Nawras Al-Nouaimi, présentatrice de télévision iraquienne, survenu le 15 décembre à Mossoul, à près de 400 kilomètres au nord de Bagdad.

« Je déplore le meurtre Nawras Al-Nouaimi », a déclaré la Directrice générale. « Je suis très préoccupée par la sécurité des journalistes et des professionnels des médias en Iraq. Le nom de cette jeune journaliste s’ajoute à la liste déjà longue des professionnels des médias qui ont payé de leur vie le droit d’exercer leur métier en Iraq. En informant le public, en favorisant le débat, en donnant la parole aux citoyens iraquiens, les médias jouent un rôle majeur dans la reconstruction du pays. Ils doivent pouvoir travailler dans des conditions de sécurité satisfaisantes et en sachant que les crimes qui les visent ne resteront pas impunis ».

Nawras Al-Nouaimi, 19 ans, était présentatrice pour la chaîne de télévision satellitaire régionale Al-Mosuliya. D’après l’ONG Reporters sans frontières, Nawras Al-Nouaimi a été abattue par des inconnus armés alors qu’elle se trouvait à proximité de son domicile situé dans le quartier d’Al-Jazair, à l’est de Mossoul.

Depuis le début de l’année, la Directrice générale a condamné le meurtre de neuf journalistes en Iraq. Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

                                                     ****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Toutes les actualités