15.04.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale propose le soutien de l'UNESCO au Chili, confronté aux incendies dévastateurs de Valparaiso

© UNESCO/Rodrigo Varas - Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé aujourd’hui sa profonde préoccupation devant les destructions causées par les incendies qui font rage autour de la ville de Valparaiso et a proposé l’aide de l’UNESCO pour la sauvegarde du Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2003.

« Je tiens à présenter mes plus sincères condoléances au peuple chilien pour les pertes tragiques en vies humaines à Valparaiso », a déclaré la Directrice générale. « L'UNESCO se tient prête à aider le Chili pour atténuer l'impact éventuel des incendies et mener des opérations de restauration du Quartier historique de la ville portuaire de Valparaíso. Nous sommes déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour préserver ce site à la fois beau et vivant qui nous ramène à une période importante de l'histoire du Chili et de son développement culturel et économique au XIXe siècle ».

 

La Directrice générale a également promis le soutien durable de l'UNESCO pour les Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura, site du patrimoine mondial situé à 45 km à l'est de la ville d'Iquique, qui a été frappée par un puissant tremblement de terre suivi d’un tsunami au début du mois.

Le Bureau de l'UNESCO à Santiago travaille en étroite collaboration avec les autorités chiliennes pour suivre de près l’évolution de la situation à Valparaiso. Situé sur la côte Pacifique au centre du Chili, le Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso offre un exemple extraordinaire du patrimoine de l'ère industrielle, associé au commerce maritime international de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Plus au nord, le tremblement de terre et les répliques qui ont secoué le secteur autour d’Iquique pourraient affaiblir davantage les structures déjà vulnérables des Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura, inscrites en 2005 à la fois sur la Liste du patrimoine mondial et sur la Liste du patrimoine mondial en péril. 

Ce site, installé dans la Pampa désertique témoigne du patrimoine et de la culture industriels développés par des milliers de personnes qui ont vécu et travaillé dans la région des 200 usines de salpêtre à partir de 1872 et jusqu’à la moitié du XXe siècle. Le site constitue un témoignage exceptionnel du progrès technologique et des échanges mondiaux qui marquèrent l’ère industrielle et atteste de la culture commune, propre aux habitants de la Pampa – les Pampinos – qui s'est développée dans les cités minières de la région à cette époque.

                                     ****

Plus d’information sur l’UNESCO: http://fr.unesco.org/

Contact presse:

Roni Amelan, Service de presse de l’UNESCO, r.amelan(at)unesco.org, +33 1 45 68 16 50

 

 

 




<- retour vers Toutes les actualités