13.11.2012 - ODG

La Directrice générale participe à l’ouverture du Sommet mondial sur l'innovation en éducation à Doha

Le 13 novembre, la Directrice générale a participé au débat plénier d’ouverture du Sommet mondial sur l'innovation en éducation à Doha (Qatar), introduisant le thème de l’édition de cette année : « Collaborer pour le changement ».

En préambule à ce sommet qui rassemble quelque 12 000 participants de 100 pays,  Son Altesse la Cheikha Moza bint Nasser a déclaré : « nous vivons dans un monde où nous devons partager », en soulignant que l’éducation est un devoir moral et une obligation pratique, qui exige un nouveau contrat social et une culture de l’innovation. « Chacun devrait contribuer à cet effort qui ne portera pas ses fruits sans un partenariat efficace ».

Lors du premier débat plénier, Mme Bokova, également présente en qualité de représentante du Secrétaire général de l’ONU, a affirmé que « l’éducation est un facteur de durabilité dans tous les domaines du développement et constitue un élément de réponse à la mondialisation ainsi qu’à la crise économique et financière ».  Évoquant les défis de l’accès, la qualité et l’équité, elle a ajouté que des politiques nationales ciblées, des ressources adéquates et des partenariats pouvaient accélérer les progrès et favoriser l’innovation, notamment par le biais de la technologie et des ressources éducatives libres.

Tous les intervenants ont soulevé la question de savoir à quel point les systèmes éducatifs sont réactifs au changement et tournés vers l’avenir.  M. Andrey Furesenko, assistant du Président de la Fédération de Russie, a insisté sur l’importance de l’attention prêtée à la qualité.  « Nous devons œuvrer à unifier la qualité de l’éducation dans tout le pays et chez les enseignants. L’éducation ouvre aux gens des opportunités, et c’est le message qu’elle doit transmettre ».

Andrew Swiger, Vice-Président principal d’ExxonMobil, a rappelé le rôle du secteur de l’entreprise dans le comblement du fossé entre l’éducation et les compétences dans des contextes nationaux spécifiques, en citant en exemple les centres de formation technique créés par sa compagnie au Nigéria et en rappelant la nécessité d’attirer les étudiants dans les filières des sciences, de la technologie et des mathématiques.

« L’éducation, le grand enjeu du X<a name="_GoBack"></a>XIe siècle », a dit en conclusion Mme Bokova. « Si nous voulons combler le fossé entre la pauvreté et la prospérité, entre la tolérance et l’intolérance, si nous voulons promouvoir le développement durable et favoriser la citoyenneté mondiale, l’éducation doit être notre priorité, et c’est seulement par des partenariats que nous parviendrons à progresser dans ce domaine ».

Le prix WISE pour l’éducation proclamé à la fin de ce sommet a été décerné à Mahdav Chavan, cofondateur et directeur général de Pratham, la plus grande ONG d’Inde née dans les bidonvilles de Mumbai, qui éduque et alphabétise aujourd’hui des millions d’enfants et d’adultes marginalisés d’Inde et a étendu son action à plusieurs pays d’Afrique ainsi qu’au Pakistan.




<- retour vers Toutes les actualités