26.05.2016 - Communication & Information Sector

Première réunion régionale sur la gouvernance d’Internet et l’infoéthique organisée en République dominicaine

© UNESCO

D’éminents experts, législateurs et représentants de la société civile de pays d’Amérique latine et des Caraïbes (Pérou, Brésil, Paraguay, Colombie, Argentine et Uruguay, entre autres) se sont réunis à Saint-Domingue les 26 et 27 novembre 2015, afin de partager leur expérience et d’étudier des approches régionales communes de la gouvernance d’Internet et de l’infoéthique pour l’instauration de sociétés de l’information et du savoir ouvertes et inclusives.

Cette conférence sur le thème « Les défis de l’Internet : gouvernance et dimensions éthiques de la société de l’information – Vers un programme d’action intégré pour l’Amérique latine et les Caraïbes » a été organisée dans le cadre du Programme Information pour tous (PIPT) par l’UNESCO et les autorités nationales de la République dominicaine, à l’occasion des commémorations nationales du 70e anniversaire de l’Organisation.

Lors de cette conférence, le Directeur général adjoint de l’UNESCO, M. Getachew Engida, a donné une présentation à la Fondation mondiale pour la démocratie et le développement (GGFD) sur l’étude de l’UNESCO intitulée « Des clés pour la promotion de sociétés du savoir inclusives – Accès à l’information et au savoir, liberté d’expression, respect de la vie privée et éthique sur un Internet mondial ». M. Marco Herrera, Directeur exécutif de la GGFD, et M. Domingo Tavarez, Directeur du Centre d’études technologiques de la GGFD, sont également intervenus. M. Leonel Fernández, Président de la GGFD et ex-Président de la République dominicaine, et Mme Margarita Cedeño de Fernandez, Vice-Présidente de la République dominicaine, étaient présents lors de la Conférence.

Cet événement a attiré d’éminentes personnalités de la sphère de la gouvernance d’Internet, notamment Mme Amparo Arango, Directrice des relations internationales à l’Institut dominicain pour les télécommunications (INDOTEL) et Présidente nationale de l’Internet Society (ISOC), Mme Amalia Toledo, experte consultante-juriste de Porto Rico qui travaille pour la Fondation Karisma de Colombie, M. Preetam Mallor, représentant de l’Union internationale des télécommunications (UIT), M. Erick Iriarte, juriste pour le groupe de travail sur la société de l’information (e-LAC), et M. Benedicto Fonseca Filho, Ambassadeur du Brésil et Directeur du Département des affaires scientifiques et technologiques du Ministère brésilien des relations extérieures.

La séance d’ouverture de la Conférence s’est déroulée en présence de la Présidente du Sénat de la République dominicaine, Mme Cristina Lizardo, et du Ministre dominicain de la culture, M. Jose Antonio Rodriguez, en sa qualité de Président de la Commission nationale dominicaine pour l’UNESCO.

La Conférence a permis aux experts, législateurs et acteurs de la société civile de partager des approches nationales et régionales et des bonnes pratiques relatives aux questions nouvelles et actuelles de politique publique qui se posent dans la sphère de la gouvernance d’Internet. Elle a également servi à promouvoir les efforts de coopération et d’intégration régionales et à conférer à l’accès à l’information et au savoir un rôle plus efficace et plus large, en vue d’appuyer les stratégies nationales de développement durable et de relever les défis potentiels en rapport avec Internet.

M. Miguel Mejía, Ministre des politiques d’intégration régionale de la République dominicaine, a estimé qu’« Internet confère non seulement à l’accès à l’information et au savoir un rôle plus efficace et plus large, mais offre également la possibilité de promouvoir les efforts de coopération et d’intégration régionales pour relever les défis posés par Internet en matière de gouvernance et d’éthique ».

M. Getachew Engida, Directeur général adjoint de l’UNESCO, notant que « la région Amérique latine et Caraïbes possède une vaste expérience de niveau mondial et se caractérise par une forte orientation sociale et une importante participation de la société civile », a affirmé que « la promotion du partage d’expérience régionale en matière d’accès à l’information et au savoir entre les différentes zones linguistiques pourrait renforcer la coopération régionale, et même déclencher de nouvelles vagues d’innovations sociales susceptibles de soutenir encore davantage les stratégies nationales en faveur de la société du savoir ».

Mme Laura Faxas, Ambassadrice et représentante permanente de la République dominicaine auprès de l’UNESCO, a souligné l’importance d’appréhender la gouvernance d’Internet et les dimensions éthiques de la société de l’information dans un contexte régional pour « faire avancer la mise en place d’une plate-forme régionale de débat et d’échange visant l’établissement d’un cadre réglementaire concerté pour l’Amérique latine et les Caraïbes, qui viendrait appuyer les processus nationaux d’élaboration d’instruments législatifs garantissant un accès libre aux nouvelles technologies et défendant les droits des citoyens ».

L’Ambassadeur du Brésil, M. Benedicto Fonseca Filho, a partagé son expérience en évoquant la manifestation NETmundial organisée en avril 2014 à Sao Paulo (Brésil). Il a présenté une évaluation des résultats de cette réunion, qui était la première instance mondiale à étudier la gouvernance d’Internet de façon approfondie.

La Conférence de Saint-Domingue s’est appuyée sur les accords et débats issus de grandes conférences, rencontres et stratégies régionales et internationales, notamment les objectifs de développement durable à l’horizon 2030, le rapport de l’UNESCO « InterCONNECTer les ensembles », le processus du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) et e-LAC2018.

Lors de la séance de clôture, présidée par M. Boyan Radoykov, de la Division des sociétés du savoir de l’UNESCO, le texte de la Déclaration finale de la Conférence a été négocié avec succès et adopté à l’unanimité par les participants, de façon à officialiser les domaines convenus pour la coopération et l’action futures à l’échelon régional et international.

Le Programme intergouvernemental Information pour tous a été créé en 2001. Il sert de plate-forme pour le débat international sur les politiques à suivre, la coopération et l’élaboration de principes d’action dans le domaine de l’accès à l’information et au savoir. Il aide les États membres à élaborer et mettre en œuvre des politiques de l’information et des stratégies du savoir au niveau national.




<- retour vers Toutes les actualités