26.10.2011 - UNESCO

Clôture à Kaboul de la première Conférence régionale du logiciel libre

Participants à la conférence de Kaboul - © UNESCO

L’Afghanistan a accueilli du 15 au 18 octobre 2011 la Conférence régionale du logiciel libre – Asie centrale (Regional Open Source Software Conference – Central Asia / ROSCCA). Première initiative du genre dans le pays et dans la région, la conférence était organisée par le ministère afghan des Télécommunications et des Technologies de l’information (MCIT), la National ICT Alliance of Afghanistan (NICTAA), en partenariat avec Open Source Afghanistan et le Bureau de l’UNESCO à Kaboul.

L’ancien ministre des Finances, Ashraf Ghani Ahmadzaï, a salué l’organisation de la conférence ROSCCA et insisté sur l’importance vitale de l’utilisation de logiciels libres dans des pays tels que l’Afghanistan. « Si on considère le coût d’une licence d’exploitation (200 USD), l’Afghanistan doit dépenser 3 milliards de dollars pour 15 millions d’utilisateurs », a-t-il expliqué. « C’est un coût énorme pour le pays, qui souffre de graves problèmes économiques et se bat contre la pauvreté. »

Des experts en technologies de l’information et de la communication (TIC) d’Afghanistan, des Etats-Unis, d’Inde, d’Iran, d’Italie, du Kirghizistan, du Népal, du Pakistan et du Tadjikistan ont participé à la conférence, avec la volonté de définir une approche commune et de former une alliance régionale du logiciel libre. Les différentes tables rondes organisées pendant ces quatre jours portaient sur des sujets tels que : les technologies innovantes dans le logiciel libre, le logiciel libre pour les organisations, le logiciel libre au service du développement socio-économique et de l’éducation, etc.

Amirzai Sangin, ministre afghan des Télécommunications et des Technologies de l’information, a mis en avant les réalisations de son gouvernement dans le secteur des communications et de l’information. Il a également insisté sur l’importance du logiciel libre dans un pays éprouvé par de longues années de guerre, pour garantir un faible coût d’accès à Internet et aux services informatiques. « Nous avons ouvert l’accès à Internet pour une grande majorité de la population afghane en réalisant le déploiement de fibre optique dans tout le pays. Cet objectif sera atteint grâce à l’utilisation de logiciels libres », a déclaré le ministre.

La Conférence du logiciel libre de Kaboul s’inscrit dans le fort investissement de l’Afghanistan dans le secteur des TIC et des communications. D’après les statistiques du MCIT, plus de 80 % de la population afghane a aujourd’hui accès aux services de télécommunications ; on compte plus de 17 millions d’utilisateurs GSM pour une population d’environ 30 millions d’habitants.

Pendant les quatre jours de conférence, les participants ont partagé leurs expériences et étudié des rapports sur l’utilisation du logiciel libre. Ils ont également formé une alliance régionale du logiciel libre. Ils ont appelé les responsables politiques, la société civile et les médias à accorder une plus grande attention aux actions de sensibilisation et à prendre des mesures concrètes pour étendre l’utilisation du logiciel libre.

La conférence s’est conclue par une soirée dans les jardins historiques de Babour à Kaboul, avec un concert de musique afghane et une exposition de photos.




<- retour vers Toutes les actualités