07.02.2011 - ODG

Pour Irina Bokova « la sortie de crise passe par l’éducation » au Forum Social Mondial

© UNESCO/Akema James-Sarr - La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, avec Abdoulaye Wade, Président du Sénégal, au Forum Social Mondial 2011 à Dakar, le 7 Février

A l’occasion de sa première visite officielle au Sénégal les 6 et 7 Février 2011, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a tenu à participer au Forum Social Mondial organisé cette année à Dakar. Pendant sa visite, la Directrice générale a tenu des réunions bilatérales avec le Président Abdoulaye Wade, ainsi que les ministres de l'éducation et de la culture.

Lors de son discours au forum Social Mondial, Irina Bokova a souligné l’engagement de l’UNESCO avec le Forum depuis ses origines à Porto Alegre, au Brésil en 2001, en rappelant que « l’éducation, les sciences et la culture sont des leviers stratégiques pour la paix. Ce sont aussi des instruments prioritaires de justice sociale ».

« L’UNESCO est intervenue très activement sur ces sujets à Porto Alegre en 2001, en 2002, 2003 et 2005, mais aussi à Bamako en 2006 et à Nairobi en 2007. C’est par l’éducation et la connaissance que les hommes et les femmes peuvent faire des choix informés, et prendre réellement leur destin en main », a-t-elle souligné.

La Directrice générale a rappelé que c’était à Dakar même qu’a été lancé en 2000 le programme de l’Education pour Tous, mené par l’UNESCO. « Nous sommes convaincus que l’éducation est la clé du développement durable, et c’est la priorité n°1 de notre action ».

En parlant des conséquences de la crise économique envers les pays les plus démunis et de la haute moyenne du taux de croissance des pays d’Afrique, Irina Bokova c’est concentré sur le potentiel des pays Africains et la nécessité de miser sur l’éducation à l’image du Sénégal qui y consacre une part importante de son budget. La Directrice générale était notamment venue visiter les installations du programme éducatif « la case des tout petits », soutenu par l’UNESCO.

« Nous savons parfaitement que les réponses monétaires ou de régulation uniquement financière ne suffiront pas pour sortir de la crise. C’est aussi par l’éducation de qualité, par la culture, par la science, que les sociétés trouvent les moyens de se développer, de défendre leurs droits ».

« L’Afrique est un carrefour de la diversité culturelle mondiale. Elle en connaît les réussites, elle en connait aussi les échecs. Avec la mondialisation, les sociétés se sont considérablement rapprochées, et si nous voulons apprendre à vivre ensemble, c’est ici, en Afrique, que nous trouverons une partie des réponses », a-t-elle conclu.




<- retour vers Toutes les actualités