30.11.2011 - ODG

Le Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide salue le « miracle coréen » et exhorte le monde à faire mieux dans ce domaine

Lors de l’ouverture du 4e Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, le 30 novembre dernier, à Busan, le Président Lee a déclaré que « le pouvoir de l’éducation » est à l’origine de la mutation de la République de Corée, nation ravagée par la guerre et la pauvreté devenue une économie et une démocratie en plein essor et un pays donateur.

« Même lorsqu’ils n’avaient pas de quoi manger à leur faim, les parents coréens sacrifiaient tout pour l’éducation de leurs enfants », a déclaré le Président. Ces enfants en grandissant sont devenus les forces vives de la croissance économique coréenne. Je suis convaincu que l’éducation est un facteur essentiel du développement des individus, des pays et du monde… Le Gouvernement coréen a su utiliser efficacement l’aide qu’il a reçue… Ces efforts ont grandement contribué à jeter les fondements solides d’une croissance durable. »

La Directrice générale, Irina Bokova, faisait partie de la délégation de l’Organisation des Nations Unies lors de ce Forum de haut niveau qui a réuni quelque 3 000 participants, dont 100 ministres, 40 responsables d’organisations internationales, des parlementaires, ainsi que des représentants du monde de l’entreprise et de la société civile. Tous partagent la même aspiration : faire en sorte que l’aide au développement porte ses fruits.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré : « nous sommes réunis ici pour veiller à ce que l’aide parvienne aux populations les plus vulnérables », à quatre ans de l’échéance fixée pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Il a exhorté les donateurs « à ne pas laisser l’austérité à court terme les détourner de leurs engagements à long terme envers les peuples les plus démunis du monde. »

De son côté, Angel Gurria, le Secrétaire général de l’OCDE, a mis en garde les gouvernements qui ont pris du retard dans leurs efforts pour atteindre les objectifs de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide et il a appelé à une action collective. « Améliorer l’efficacité de l’aide… peut grandement contribuer à éradiquer le fléau de la pauvreté », a-t-il déclaré.

Faisant observer que l’aide publique au développement décline depuis plusieurs décennies en termes de flux global des capitaux, la Secrétaire d’État des États-Unis, Hillary Clinton, a déclaré que « l’aide doit être le catalyseur du progrès », en ajoutant : « nous pouvons et nous devons faire mieux ».

Tout au long de sa visite en République de Corée, la Directrice générale a fait l’éloge de la remarquable mutation qu’a connue ce pays grâce aux investissements réalisés dans l’éducation ainsi que de son engagement à rendre ce qu’il a reçu sous forme d’aide extérieure. Pendant le Forum de haut niveau, elle a participé à des rencontres consacrées à l’éducation, au développement des capacités et au partage des connaissances, ainsi qu’à l’incidence des objectifs, des normes et des critères adoptés au niveau international sur l’efficacité de l’aide.




<- retour vers Toutes les actualités