21.06.2013 - UNESCOPRESS

Les Forts de colline du Rajasthan et les Eglises en bois de la région des Carpates inscrits sur la Liste du patrimoine mondial

© National Heritage Board of PolandTserkvas en bois de la région des Carpates en Pologne et en Ukraine

Phnom Penh (Cambodge), 21 juin – Le Comité du patrimoine mondial a inscrit deux nouveaux sites culturels, l’un en Inde et l’autre à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine sur la Liste du patrimoine mondial.

Forts de colline du Rajasthan (Inde) – Ce bien en série, situé dans l’Etat du Rajasthan, comprend six forts majestueux à Chittorgarh, Kumbhalgarh; Sawai Madhopur; Jhalawar; Jaipur et Jaisalmer. L’architecture éclectique des fortifications, dont certaines font jusqu’à vingt kilomètres de circonférence,  témoigne du pouvoir des Etats princiers rajput qui se sont épanouis entre le 8e et le 19e siècle. A l’intérieur des murs d’enceinte, se trouvent des établissements urbains, des palais, des centres marchands et autres édifices comme des temples dont certains sont antérieurs aux fortifications  au sein desquelles s’est développée une culture de cour qui a favorisé les arts et de la musique. Certains des établissements urbains se trouvant à l’intérieur des fortifications ont survécu, de même que de nombreux temples et édifices sacrés. Les fortifications, qui suivent les propriétés défensives naturelles du paysage - collines, rivière, forêts, et désert -, sont équipées de structures de collecte de l’eau, dont beaucoup sont encore utilisées aujourd’hui.

Tserkvas en bois de la région des Carpates en Pologne et en Ukraine - Situé aux confins orientaux de l’Europe centrale, dans les montagnes des Carpates de Pologne et d’Ukraine, ce bien transnational se compose d’une sélection de 16 tserkvas, des églises construites en rondins de bois disposés horizontalement entre le 16e et le 19e siècle par des communautés de confessions orthodoxe orientale et grecque-catholique. Elles incarnent l’expression culturelle de quatre groupes ethnographiques mais aussi des changements formels, décoratifs et techniques adoptés au fil du temps. Les tsverkvas témoignent d’une tradition de construction distincte ancrée dans la tradition ecclésiastique de l’Eglise orthodoxe imbriquées avec des éléments du langage architectural et de la tradition locale et des références symboliques à la cosmogonie de leurs communautés. Les tserkvas sont construites sur un plan en trois parties surmontées de coupoles et de dômes ouverts sur un espace quadrilatère ou octogonal. Elles se caractérisent également par la présence de clochers en bois,  d’iconostase, de décoration intérieure polychrome ainsi que des enclos paroissiaux, des loges et des tombes.

Le Comité du patrimoine mondial poursuivra demain l’examen des candidatures à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial. La 37e session, qui se tient actuellement à Phnom Penh, se terminera le 27 juin à Angkor. 




<- retour vers Toutes les actualités