09.12.2011 - ODG

Au Danemark, Irina Bokova souligne le pouvoir de l’éducation au service du développement

« L’éducation multiplie les chances dans la vie », a dit la Directrice générale pendant la conférence organisée sur le thème « Les femmes, messagères du développement dans la réalité mondiale ». « L’éducation est un accélérateur du changement politique, économique et social ».

La conférence sur l’autonomisation et l’éducation des femmes qui s’est tenue au Musée des travailleurs à Copenhague le 9 décembre 2011 a réuni un certain nombre d’éminentes personnalités.

« Je suis fière de participer à l’œuvre de l’UNESCO », a déclaré la princesse Marie du Danemark, nommée marraine de la Commission nationale danoise pour l’UNESCO en novembre 2009. « Les femmes sont l’avenir, mais la réalité du monde ne reflète pas cette vérité », a-t-elle noté. 

« Nous devons continuer de nous battre pour défendre les droits des femmes et pour que celles-ci puissent décider par elles-mêmes », a déclaré Christine Antorini, Ministre danoise de l’enfance et de l’éducation. « Si l’on n’offre pas aux femmes des chances égales, les Objectifs du Millénaire pour le développement ne seront pas atteints ».

La Directrice générale a souligné que le monde n’était pas en bonne voie pour réaliser les objectifs de l’Éducation pour tous à l’horizon 2015. « Dans l’ensemble du monde, les filles risquent davantage que les garçons de ne jamais avoir accès à l’enseignement primaire », a‑t‑elle noté. « Les femmes représentent encore les deux tiers des 793 millions d’adultes analphabètes que compte la planète ». La Directrice générale a remercié le Danemark de ses efforts inlassables à l’avant-garde de la lutte pour l’égalité des genres.

Au cours de sa visite officielle au Danemark, Irina Bokova a rencontré le Ministre de la Coopération au développement, Christian Friis Bach et a discuté avec lui des difficultés financières auxquelles fait face l’UNESCO. Le Ministre a marqué son appui résolu à l’action dynamique de la Directrice générale et a encouragé celle-ci à aller toujours plus loin sur la voie de l’efficience et des réductions de coûts. Il a exprimé son ferme soutien au rôle moteur de l’UNESCO en faveur de l’EPT. 

La Directrice générale a également rencontré la Ministre de l’enfance et de l’éducation Christine Antorini, avec laquelle elle a évoqué le Programme de renforcement des capacités en faveur de l’EPT (CapEPT) de l’UNESCO, ainsi que la réforme de l’Organisation entreprise par elle-même. CapEPT est un programme extrabudgétaire financé par le Danemark, la Finlande, l’Italie, la Norvège, la Suède et la Suisse.




<- retour vers Toutes les actualités