28.05.2020 - Culture Sector

Une coordination accrue est nécessaire pour protéger la culture dans les zones de conflit pendant la crise du COVD-19

À l'occasion du 66e anniversaire de la Convention de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, une réunion en ligne a été organisée le 14 mai 2020 par l'UNESCO afin de discuter des menaces pesant sur le patrimoine culturel dans les zones de conflit dans le cadre de la COVID-19 ainsi que de la manière d'accroître la coordination et l'impact des mesures de soutien international dans les pays touchés par un conflit.

La réunion a rassemblé des représentants du Bouclier bleu international (BSI), du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), du Conseil international des musées (ICOM), du Conseil international des monuments et des sites et du Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICOMOS), du Conseil international des archives (ICA) et de la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA).

M. Lazare Eloundou, Directeur de l'entité "Culture et situations d’urgences" à l'UNESCO, a ouvert la réunion en avertissant que "les effets de la crise sanitaire mondiale dans les zones de conflit sont préjudiciables à la vie des communautés et au patrimoine culturel" et a souligné l'importance d'unir les forces pour protéger les vies et préserver la culture. Il a présenté l'initiative du lancement d’un groupe de coordination en ligne entre les acteurs opérant au niveau mondial et régional pour sauvegarder le patrimoine culturel dans les zones de conflit.

M. Benjamin Charlier du CICR a évoqué les difficultés d'acheminement de l'aide humanitaire dans les zones de conflit et a souligné les défis à relever pour équilibrer le travail opérationnel en cours du CICR avec d'autres réponses liées à la COVID. Le professeur Peter Stone du BSI a également exprimé ses préoccupations quant à l'interruption des activités de renforcement des capacités, qui affaiblit les liens entre les parties prenantes. Il a appelé le secteur culturel à s'engager davantage avec l'armée pour fournir une assistance technique chaque fois que cela s'avère nécessaire.

Mme Sophie Delepierre de l'ICOM a ensuite expliqué comment son organisation s'adapte au changement en s’efforçant de maintenir son réseau international et son partenariat étroit pendant cette crise sans précédent.

Les interventions des participants ont souligné l'importance de l'échange d'informations, de la coordination et de la collaboration, en particulier dans les pays souffrant de conflits armés. À cette fin, l'initiative de créer un groupe de coordination en ligne a été saluée et il a été demandé à l'UNESCO de poursuivre cette initiative.




<- retour vers Toutes les actualités