14.10.2009 -

Plaidoyer enflammé du ministre indien en faveur des enseignants et de l’éducation lors de la Conférence générale

Thierry Rambaud

Les activités de l’UNESCO doivent contribuer à restaurer le respect de la profession enseignante, a déclaré M. Kapil Sibal, ministre indien du Développement des ressources humaines, dans le discours qu’il a prononcé devant les ministres à la Conférence générale.

« Les jeunes ont peut-être soif de connaissances, mais il se peut aussi que nous manquions d’enseignants de qualité, à même de stimuler leur curiosité. L’ordre social doit respecter les enseignants qui jouent tous un rôle crucial dans la construction de la paix et d’une  société juste. Je souhaiterais appeler l’UNESCO à lancer une campagne visant à restaurer le respect de l’enseignant dans la société. Il serait souhaitable que nous participions tous à une « Campagne en faveur des enseignants » visant à restaurer le respect que mérite cette noble profession, » a-t-il déclaré le 8 octobre, dans un discours prononcé lors du premier Forum ministériel plénier.

Son discours a souligné la nécessité de fournir une éducation de base gratuite et de renforcer le lien fondamental entre l’éducation et le développement durable.

« Il y a dans le monde plus d’un milliard d’illettrés ; plus d’un milliard d’individus tentent de survivre avec moins d’un dollar par jour ; un enfant sur cinq âgé de six à onze ans n’est pas scolarisé ; un enfant sur quatre quitte l’école avant d’avoir achevé le cycle de l’éducation de base. Dans la majorité des nations, le développement est irrégulier et injuste, et n’augure nullement d’un avenir prospère, paisible et durable, » a-t-il ajouté.   

“L’enseignement, notamment l’enseignement supérieur, doit inculquer les valeurs du développement durable dans l’esprit de nos jeunes. Il est ironique que par le passé tout autant qu’aujourd’hui, les pays industrialisés, avec de meilleurs indices de développement humain, aient adopté et utilisent encore des modes de vie et de consommation non durables. Au lieu de se transformer en instrument du développement durable, l’éducation est devenue l’une des causes principales des modes de vie non durables.”

Poursuivant sur une touche plus positive, il a indiqué au forum que l’Inde avait fait un grand pas en avant en matière d’éducation pour tous.   

“J’ai le plaisir de vous annoncer qu’une initiative importante, qui reflète la volonté du gouvernement indien de faire suivre à tous les enfants huit années de scolarisation, a récemment été mise en œuvre et a fait de l’éducation élémentaire l’un des droits fondamentaux de tous les enfants.

“Grâce à la promulgation, en 2009, de la Loi sur le droit des enfants à l’éducation gratuite et obligatoire, tous les enfants de 6 à 14 ans ont désormais droit à l’éducation gratuite. Tout en prenant acte de la participation des prestataires de l’enseignement privé, la loi cherche à s’assurer que l’équité et la qualité progresseront au même rythme que l’amélioration de l’accès.”

La loi s’inscrit dans le cadre du suivi du programme phare Sarva Siksha Abhiyan en faveur de l’éducation élémentaire pour tous lancé en 2001.  

Liens

Lire l’intégralité du discours, “Investir pour sortir de la crise et maintenir le cap sur les objectifs de développement adoptés au niveau international” (en anglais)

 




<- retour vers Toutes les actualités