26.09.2013 -

Irina Bokova anime la session extraordinaire sur le thème « Remplir la promesse de la Déclaration du Millénaire : L’expérience du Fonds pour la réalisation des OMD ».

© Andrew Hein/UNDP

En marge de la 68e session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, la Directrice générale, Irina Bokova, a présidé l’événement organisé au titre du Fonds pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (F-OMD), intitulé « Remplir la promesse de la Déclaration du Millénaire : L’expérience du Fonds pour la réalisation des OMD » auquel ont participé M. Mariano Rajoy, Premier Ministre espagnol, M. José Manuel García-Margallo, Ministre espagnol des affaires étrangères et de la coopération, Mme María Ángela Holguín Cuéllar, Ministre colombienne des affaires étrangères et Mme Helen Clark, Administratrice du PNUD et Présidente du Groupe des Nations Unies pour le développement (GNUD).

Lors de cet événement, organisé le 25 septembre à New York, ont été présentés une expérience très spéciale et très novatrice ainsi que les réussites et les mécanismes du F-OMD, lequel constitue l’un des efforts de développement en collaboration les plus considérables et les plus complets conçus pour favoriser la réalisation des OMD tout en démontrant l’impact du principe d’« Unité action des Nations Unies ». La façon dont les 130 programmes conjoints réalisés dans 50 pays du monde au titre du F-OMD ont recueilli des enseignements pouvant permettre d’inspirer et de commencer à modeler la vision évolutive du développement post-2015 a été exposée à cette occasion.

Le F-OMD a été créé en décembre 2006 grâce à la généreuse contribution de 710 millions de dollars des États-Unis versée par le Gouvernement espagnol afin d’accélérer les progrès vers la réalisation des OMD dans le monde entier. Tirant parti des avantages comparatifs des organisations du système des Nations Unies et de la complémentarité de leur expertise dans le cadre de la réforme du système des Nations Unies, le F-OMD a soutenu les efforts consentis par des gouvernements nationaux, des autorités locales et des organisations de la société civile pour réduire la pauvreté et l’inégalité via huit domaines thématiques connus sous le nom de « volets thématiques ».

La culture et le développement constituent l’un des volets thématiques du Fonds, comprenant au total 18 programmes de développement relatifs à la culture mis en œuvre en Afrique, dans les États arabes, en Asie, en Amérique latine ou en Europe du Sud-Est pendant une période de trois à quatre ans. Ils supposent des activités pour renforcer les industries culturelles et créatives, le tourisme culturel durable, la sauvegarde des paysages culturels et du patrimoine culturel, promouvoir la diversité et le pluralisme culturels et soutenir des politiques inclusives et le développement des minorités ethniques. L’UNESCO, en tant qu’institution spécialisée du système des Nations Unies investie d’un mandat spécifique dans le domaine de la culture, a été désignée par le PNUD pour diriger les efforts interinstitutions du système des Nations Unies au titre du volet thématique Culture et développement.

Soulignant la vision qu’a son gouvernement de l’agenda post-2015, M. Rajoy a réaffirmé la nécessité pour la communauté internationale de poursuivre ses efforts dans la dernière ligne droite afin de pleinement réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement. Il a également insisté sur l’importance d’atteindre un développement fondé sur un partenariat global et, ce faisant, a souligné l’avantage d’avoir partagé les enseignements tirés de l’expérience d’un tel Fonds avec toutes les parties prenantes en développement.

Mme María Ángela Holguín Cuéllar, Ministre colombienne des affaires étrangères, a mis l’accent sur la contribution du Fonds et de ses programmes au renforcement du leadership national et local ainsi qu’à la participation d’organisations locales et de la société civile à la réduction du fossé de la pauvreté.

Helen Clark, Administratrice du PNUD, prenant la parole au nom du Groupe des Nations Unies pour le développement (GNUD) a insisté sur l’importance des programmes du F-OMD pour assurer la durabilité du processus d’« Unité d’action » et la cohésion de tous les efforts du système des Nations Unies pour réduire la pauvreté, garantir l’accès à l’enseignement primaire, éliminer les disparités entre les genres et offrir l’égalité des chances. Elle a par ailleurs souligné la contribution de toutes les équipes de pays des Nations Unies qui s’emploient ensemble à mettre en œuvre des programmes visant à la réalisation des OMD.

Irina Bokova a fait valoir l’importante contribution du volet thématique Culture et développement pour vigoureusement démontrer que la culture est un facteur et un catalyseur du développement et qu’elle devrait, en tant que telle, trouver sa juste place dans l’agenda post-2015.

« Les programmes conjoints ont montré le rôle multidimensionnel que joue la culture dans la réalisation des OMD » a-t-elle déclaré, ajoutant que « le Fonds a principalement prouvé que la culture est essentielle afin d’étayer les efforts pour, à long terme, atteindre la durabilité dans les domaines clés que sont l’éducation, l’environnement et la santé ».




<- retour vers Toutes les actualités