12.05.2011 - ODG

Investir dans l’amélioration de la condition des femmes et des filles est capital pour promouvoir le développement social durable dans les pays les moins avancés, déclare Irina Bokova

© UNESCO/Clare Stark - Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, prenant la parole lors du débat thématique de haut niveau de la quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés à Istanbul (Turquie), le 12 mai 2011

Lors du débat thématique de haut niveau sur « Le développement humain et social, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes », organisé le 12 mai 2011 à l’occasion de la quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés (PMA) à Istanbul (Turquie), la Directrice générale a fait observer que « les inégalités dans l’éducation paralysent la vie de millions de filles et de femmes, entravant le développement social et économique durable des PMA ».

Irina Bokova a vivement encouragé les PMA et les partenaires de développement à investir dans l’éducation des filles et des femmes et à tirer parti de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels pour fournir aux jeunes, en particulier aux jeunes femmes, les compétences et les connaissances nécessaires pour accéder au marché du travail.

Elle a souligné à quel point il était important de soutenir les PMA dans le développement et la consolidation des industries culturelles, du tourisme culturel et des microentreprises culturelles, domaine où les femmes jouent un rôle crucial.

Selon la Directrice générale, il est également indispensable de mobiliser la science, la technologie et l’innovation, et de faciliter l'accès à l'eau potable et aux services d'assainissement pour des millions de femmes et de filles, si l’on veut promouvoir le développement durable et réduire la pauvreté dans les PMA.

Intervenant lors de la manifestation spéciale consacrée à « L’utilisation des technologies de l'information et de la communication au service du développement : opportunités et défis pour les pays les moins avancés », organisée par le Groupe des Nations Unies sur la société de l’information, la Directrice générale a souligné que des efforts plus soutenus devaient être déployés pour tirer parti du potentiel considérable qu’offrent les technologies de l’information et de la communication aux fins du développement durable et de la réduction de la pauvreté.

Irina Bokova a prôné l’inclusion systématique des technologies de l’information et de la communication au service du développement dans les politiques et stratégies nationales de développement. Elle a indiqué que la Commission sur le haut débit pour le développement numérique, lancée l’année dernière en collaboration avec l’Union internationale des télécommunications, était un excellent exemple de la façon dont les partenaires de la communauté internationale s’associaient pour soutenir l’extension du réseau à large bande dans les PMA.




<- retour vers Toutes les actualités