29.08.2011 - ODG

Irina Bokova célèbre le 50e anniversaire des Soirées poétiques de Struga

© UNESCO/V. Ivanova - Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, en compagnie de Gjorge Ivanov, Président de la République, à Ohrid, lors de sa visite officielle en ex-République yougoslave de Macédoine. Ohrid est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979.

Les 27 et 28 aout 2011, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a participé à la 50e édition de l’un des plus anciens festivals internationaux de poésie dans le monde, les Soirées poétiques de Struga, réaffirmant ainsi l’engagement de l’Organisation de promouvoir la diversité des voix qui tissent la poésie mondiale.

« Plus de 4000 poètes, traducteurs et critiques littéraires d’une centaine de pays se sont succédé à Struga, nouant des complicités poétiques au-delà des barrières linguistiques et des différences culturelles. Ces rencontres et échanges font des Soirées poétiques de Struga un haut lieu du dialogue entre les cultures », a déclaré la Directrice générale, Irina Bokova dans son discours de clôture de ce festival, qui se tient chaque année dans l’ex-République yougoslave de Macédoine.

A cette occasion, la Directrice générale a remis au jeune poète japonais Hirosi Taniuci le prix « Ponts de Struga », distinction décernée depuis huit ans, avec la participation de l’UNESCO, aux poètes qui viennent de publier leur premier livre de poésie.

Au cours de sa visite officielle, la Directrice générale s’est entretenue avec M. Gjorge Ivanov, Président de la République, Mme Elizabeta Kancheska Milevska, Ministre de la Culture et Présidente de la Commission nationale, et M. Abdulakim Ademi, Ministre de l’Environnement et de la Planification urbaine. Ils ont évoqué les points saillants qui caractérisent la coopération entre le pays hôte et l’UNESCO, dans différents domaines de compétence de l’Organisation, notamment la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel.

La Directrice générale a mis un accent particulier sur le rôle de la Convention 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels. Elle a également insisté sur la nécessité, spécialement pour les pays de l’Europe du Sud-Est, de ratifier la Convention UNIDROIT sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, adoptée en 1995 comme complément à la Convention de 1970.

Le rôle de la culture en tant que facteur de développement et de cohésion dans la région de  l’Europe du Sud-Est a également fait partie des discussions. Le premier Forum sur le dialogue entre les civilisations, qui a réuni les chefs d’Etat de la région, s’est tenu précisément à l’initiative du pays hôte, en 2003, à Ohrid. Il a marqué le début d’une série de sommets des chefs d’Etat qui se tiennent chaque année sous l’égide de l’UNESCO dans un pays de la région. Le président de la République, M. Gjorge Ivanov, a proposé  d’accueillir de nouveau ses homologues en 2013, pour marquer le 10e anniversaire du premier sommet d’Ohrid.

« Ces rencontres contribuent de manière substantielle au renforcement de la coopération régionale et du respect mutuel, par le biais de la culture », a affirmé la Directrice générale, qui s’est félicitée du rôle de l’UNESCO dans ce processus.




<- retour vers Toutes les actualités