22.06.2017 - Commission océanographique intergouvernementale

La COI-UNESCO et la Suède renforcent leur partenariat pour améliorer la sensibilisation et le partage des connaissances sur l’océan

Le 8 juin 2017, le Royaume de Suède a annoncé sa contribution financière à la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO au cours d’une réunion entre la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et la ministre suédoise de l’Environnement, Karolina Skog, en marge de la Conférence des Nations Unies sur les océans à New York.

Parmi les divers domaines de coopération abordés, celui de l’ « ocean literacy », c’est-à-dire la sensibilisation et le partage des connaissances sur l’océan, fut particulièrement souligné en ce qu’il constitue l’un des engagements volontaires pris par la COI lors de la Conférence sur les océans, en partenariat avec une dizaine d’organisations intergouvernementales, scientifiques et non gouvernementales.

Cette initiative intitulée « Ocean Literacy for All : Stratégie globale de sensibilisation à la conservation, à la restauration et à l’utilisation durable de notre océan », vise à approfondir l’ensemble des connaissances de la population mondiale relatives à notre océan et aux liens d’interdépendance s’opérant entre celui-ci et la survie de l’humanité. Cette initiative est également stratégiquement liée au travail de l’UNESCO sur l’éducation pour le développement durable.

« Il est nécessaire que chacun d’entre en sache davantage sur l’influence que l’océan a sur nous, et inversement, sur l’influence que nous avons sur lui. La Suède est heureuse de soutenir financièrement l’engagement volontaire Ocean Literacy for All, » a déclaré Mme Skog. « Quand les enfants ont la possibilité de tenir entre leurs mains une étoile de mer par exemple, ou d’en apprendre plus sur l’océan, c’est un monde nouveau qui s’offre à eux. Ressentir et apprendre est la première étape vers un passage à l’action pour sauver notre océan. »

La Suède soutiendra également la proposition de la COI d’une Décennie internationale des sciences océaniques pour le développement durable (2021-2030) à la 29e session de l’Assemblée de la COI (21-29 juin), ainsi que l’importance de réunir toutes les conditions nécessaires aux décideurs politiques afin qu’ils puissent s’appuyer sur une base scientifique solide dans leur prise de décisions.

La Suède a co-présidé la Conférence sur les océans, aux côtés des Fidji.

Des représentants d’organisations partenaires impliquées dans l’engagement « Ocean literacy for All » ont partagé leur vision lors d’un événement parallèle de la Conférence dédié à cette thématique :

Wendy Watson-Wright, ancienne Secrétaire exécutive de la COI et actuelle Présidente directrice générale de l’Institut Ocean Frontier (Canada) a ajouté que le concept d’« ‘ocean literacy’ ne se limite pas à l’éducation sur la thématique de l’océan. C’est une initiative qui soutient le développement de l’esprit critique et notre capacité à résoudre des problèmes, ce qui a pour effet de renforcer l’engagement à la fois des étudiants et des enseignants. C’est une étape clé si l’on veut parvenir à avoir un impact positif sur la planète entière. »

Ana Noronha, Directice exécutive de Ciência Viva (Portugal) a expliqué que l’initiative « en appelle aux éducateurs pour qu’ils incluent davantage l’océan dans leurs programmes, pour qu’ils partagent des ressources et qu’ils créent de nouveaux outils pédagogiques. Nous sommes également en relation avec des centres scientifiques, des aquariums et des musées pour mobiliser les citoyens, les dirigeants politiques et les industriels autour d’actions permettant une utilisation durable de l’océan. Il est plus important que jamais de pouvoir faire passer un sentiment d’urgence tout en aidant à trouver des solutions. »

Pour Gail Scowcroft, du Consortium pour l'exploration et l'engagement des sciences océaniques (COSEE), il est nécessaire de coopérer davantage et ce à tous les niveaux. « Nous dépendons sur l’océan pour réguler notre climat, nourrir l’homme mais aussi de nombreuses autres espèces animales, et soutenir notre bien-être. Les partenariats et collaborations entre scientifiques spécialistes de l’océan, professionnels de l’éducation, décideurs politiques et le monde des affaires sont essentiels si nous voulons que les citoyens soient véritablement sensibilisés aux enjeux liés à la santé de l’océan, » a-t-elle déclaré.

Tous les détails concernant l’initiative sont disponibles dans le Registre des engagements volontaires de la Conférence sur les océans, avec les autres engagements pris par les gouvernements, les organisations internationales , la société civile, le secteur privé, les institutions scientifiques ainsi que les autres parties prenantes pour la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable 14 sur la conservation et l’usage durable de l’océan et de ses ressources.

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Francesca Santoro (f.santoro(at)unesco.org)




<- retour vers Toutes les actualités