04.04.2014 - ODG

La Directrice générale de l’UNESCO au forum de Chaillot pour une stratégie européenne de la culture

4 avril – La Directrice générale de l’UNESCO participait à la réunion interministérielle organisée en marge du forum de Chaillot à l’initiative de la Ministre de la culture et de la communication de la France, Madame Aurélie Filippetti et en présence du Président de la République Française, Monsieur François Hollande. L’objectif de cette réunion, qui rassemblait plus d’une vingtaine de ministres européens de la culture, et à laquelle participaient également les Commissaires Européens Androulla Vassiliou (Education, culture, multilinguisme et jeunesse) ou Michel Barnier (marché intérieur), était de lancer le projet de stratégie européenne de la culture à l’âge du numérique, à la veille des élections au Parlement européen.

« La culture est notre énergie renouvelable par excellence, et la diversité culturelle est notre plus grand laboratoire d’idées, un moteur de créativité, d’innovation et de confiance. Nous pouvons y investir davantage et l’UNESCO soutient totalement les efforts de l’Europe à cet égard ». A déclaré la Directrice générale, en mettant l’accent sur les avancées permises par la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, adoptée en 2005 et qui reconnait pour la première fois dans le droit international que les activités, biens et services culturels ont une double nature, économique et culturelle, parce qu’ils sont porteurs d’identités, de valeurs et de sens et qu’ils ne doivent donc pas être traités comme ayant exclusivement une valeur commerciale. « L’enjeu c’est de construire des politiques innovantes capables de gérer cette double dimension, qui correspond, j’en suis sûre, à la demande actuelle pour des politiques plus intégrées, capable d’adresser plusieurs enjeux à la fois. » a –t-elle souligné

Les travaux de la Convention de l’UNESCO de 2005 portent actuellement sur la mise en œuvre des principes de la Convention dans l’environnement numérique. La Convention, conçue sur une base technologiquement neutre, reconnait ainsi dans son préambule que « les processus de mondialisation, facilités par l’évolution rapide des technologies de l’information et de la communication, s’ils créent les conditions inédites d’une interaction renforcée entre les cultures, représentent aussi un défi pour la diversité culturelle, notamment au regard des risques de déséquilibres entre pays riches et pays pauvres ».

« Quand on regarde la diversité européenne, la richesse de son patrimoine, de ses créateurs, toute cette énergie, il y a de quoi avoir confiance et l’UNESCO est vos côtés pour libérer ce potentiel. » a souligné Irina Bokova.

Pendant le forum, qui se déroule du 4 au 5 avril au palais de Chaillot, à Paris, un collectif d’artistes auquel participait notamment Jean-Michel Jarre, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, a lancé l’appel de Chaillot « Pour une nouvelle Europe de la culture » interpellant les responsables européens sur le besoin de soutenir davantage les créateurs et d’investir dans la culture comme un levier de développement et d’intégration européenne.

La convention de 2005

 




<- retour vers Toutes les actualités