12.09.2011 -

L’éducation sexuelle à l’ordre du jour en Guinée-Bissau

UNESCO/Xavier HospitalSexual education curricular in the making in Guinea-Bissau

Seulement quelques 13 pour cent des jeunes en Guinée-Bissau comprennent bien comment le VIH a pu se transmettre, selon un sondage de 2010. Et 21 pour cent sont déjà engagés dans des relations sexuelles avant l'âge de 15 ans.

“La nécessité de donner aux jeunes une éducation à la sexualité est évidente et urgente”, selon Xavier Hôpital de l'équipe régionale de l'UNESCO sur le VIH et le sida basée à Dakar, au Sénégal.

Le Bureau de l'UNESCO à Dakar et l'UNESCO-Brasilia organisent actuellement un atelier pour aider le Ministère de l'Education en Guinée Bissau à mettre en œuvre des programmes complets d'éducation sexuelle à l'école primaire et secondaire.

L’atelier se déroule à Bissau du 8 au 16 septembre 2011.

S’appuyer sur l’expérience du Brésil

L'objectif est d'améliorer le rôle du secteur de l'éducation dans la prévention de maladies sexuellement transmissibles, la violence sexiste et la grossesse chez les adolescentes. L'atelier regroupe des techniciens et des formateurs qui conçoivent les programmes ou forment des enseignants.

Il s’appuie largement sur le succès du programme Santé et Prévention à l'école (Saúde e Prevenção Nas Escolas). Des spécialistes brésiliens et représentants du Ministère brésilien de l'Éducation et du Ministère de la Santé serviront de facilitateurs lors des séances.

Coopération Sud-Sud

“Le projet est un excellent exemple de coopération Sud-Sud”,  a estimé Maria Rebeca Otero Gomes de l'UNESCO-Brésil.

Le Bureau de l'UNESCO à Dakar et l'UNESCO-Brasilia travaillent en synergie depuis 2006 pour fournir un appui technique aux pays africains de langue portugaise afin de proposer une réponse forte du secteur de l'éducation au VIH et au sida.

“Le partenariat a permis le développement d’échanges fructueux entre ces pays et leurs ministères respectifs”, a-t-il ajouté.

Un atelier similaire aura lieu au Cap-Vert en fin 2011 ou début 2012.

Financé par le gouvernement japonais et l’ONUSIDA, le projet comprend également des analyses de programmes, un appui à l'élaboration de programmes ainsi que l'évaluation des besoins institutionnels dans les deux pays.

 




<- retour vers Toutes les actualités