11.02.2010 - AFR

L’UNESCO rend hommage à Nelson Mandela à l’occasion du vingtième anniversaire de sa libération

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a rendu hommage jeudi à Nelson Mandela, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, à l’occasion de la célébration du 20e anniversaire de sa libération survenue le 11 février 1990.

« Au moment où l’Afrique et le monde entier célèbrent les 20 ans de la libération de Nelson Mandela, après 26 années passées en détention, je tiens à  rendre un hommage particulier à ce grand défenseur de la paix et de la réconciliation entre les peuples », a-t-elle déclaré.

« L’UNESCO est fière de compter Nelson Mandela parmi les personnalités qui ont généreusement accepté d’utiliser leur talent et leur renommée internationale pour sensibiliser l’opinion mondiale aux actions de l’Organisation », a poursuivi la Directrice générale.

Nelson Mandela a été nommé Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO le 12 juillet 2005 lors d’une cérémonie à la Fondation Nelson Mandela, à Johannesburg (Afrique du Sud). Ce titre lui a été conféré «en reconnaissance du combat extraordinaire qu’il a mené contre l’apartheid et la discrimination raciale, dans son pays et dans le monde entier, de son attachement à la réconciliation entre les différentes communautés, de son engagement sans relâche en faveur de la démocratie, de l’égalité, de son soutien à tous les opprimés de la Terre et de sa contribution exemplaire à la paix et à la compréhension mutuelle entre les peuples ».

Né le 18 juillet 1918 à Tembu, un petit village du Transkei dont son père était le chef, Nelson Rolihlahla Mandela a été le premier membre de sa famille à aller à l’école. Son engagement politique a commencé pendant ses années d’études à l’Université Fort Hare. Après avoir rallié le parti du Congrès national africain (ANC) en 1942, il s’est farouchement opposé au gouvernement de la minorité blanche, a été arrêté pour son activisme anti-apartheid en 1962, puis emprisonné jusqu’en 1990. En 1991, Nelson Mandela a reçu avec le Président sud-africain Frederik de Klerk qui avait ordonné sa libération, le Prix Félix Houphouët-Boigny de l’UNESCO pour la paix. Deux ans plus tard, tous deux ont partagé le Prix Nobel de la paix.




<- retour vers Toutes les actualités