07.03.2016 - UNESCO Office in Dakar

La musique est aussi une affaire de femmes

©SM KANDJI

L’égalité entre hommes et femmes est une question qui se pose dans l’industrie de la musique et particulièrement au sein des syndicats de musiciens. Le volume d’emploi dans le secteur de la musique offert aux femmes est inférieur aux autres secteurs.

Leur présence dans la plupart des métiers autour de la musique ne dépasse pas les 30% avec une répartition très sexuée et des variations entre les différents pays d’Afrique de l’Ouest. Les femmes sont par exemple très présentes dans les métiers de costumier et de coiffure avec un taux de 90%, et de 60% pour le métier de chorégraphe. Il existe également une proportion beaucoup plus importante de femmes choristes, chanteuses et danseuses que d'instrumentistes. C'est la raison pour laquelle, il existe un nombre important de femmes engagées dans le champ du Gospel. Cette information n’est cependant étayée que par des témoignages et non des statistiques qui demeurent très lacunaires, voire inexistantes dans le secteur.

« Cependant, la Guinée-Conakry présente une spécificité tout à fait remarquable car ce pays s'est engagé dans une politique volontariste dès son indépendance en 1958, qui consiste à encourager les femmes instrumentistes au travers de formations féminines devenues mondialement connues, au point que l'image des femmes en tant qu'instrumentistes est tout à fait unique et très valorisée dans ce pays. C’est le cas des Amazones ou des Dauphines. » Souligne M. Dayan, Secrétaire général de la Fédération Internationale des Musiciens (FIM).

Autour du débat

Afin de parler de ces problématiques et d’améliorer les conditions de travail des femmes dans le secteur de la musique et, dans l’objectif d’établir une meilleure représentativité de leurs intérêts en tant qu’artistes interprètes, la FIM, soutenue par les syndicats suédois (Union to Union) et le syndicat des musiciens (SMF), l’AMS ainsi que des représentantes de 8 pays de la sous-région se sont réunis à Dakar du lundi 11 au mercredi 13 janvier 2016. Il s’agit du : Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Niger, RCA, Sénégal et Togo. (Link vers le programme de l’atelier).

La discussion a permis d’aborder de nombreuses questions telles que la conciliation entre vie privée et vie professionnelle auquel font face certaines femmes de la filière musicale, l’accès aux métiers de la musique ainsi que la question du harcèlement et celui d’abus moral et physique.

La déclaration de Dakar

« C’est ensemble que nous arriverons à faire les choses » A l’issu de cet atelier sous régional, les représentants des 8 pays ont pris des engagements visant à reconnaitre et protéger le travail des femmes dans le secteur de la musique. Ce principe d’égalité, se décline dans des efforts pour assurer une amélioration des conditions des femmes dans ce secteur, avec un focus sur : l’accès et les conditions d’exercice aux métiers de la musique, la prévention et protection contre les violences au travail, l’encouragement à l’adhésion et l’implication active au sein des organisations de musicien-ne-s, y compris de leur direction. Lire la déclaration

Emission radio

Le 13 Janvier 2016, Alioune Diop animateur « des matins de RSI » a accueilli certains participants de l’atelier pour débattre de ces sujets.

A l’antenne :

  • Guillaume Kouassi Konan de l’Association des musiciens de Côte d’Ivoire ;
  • Fatou Sow, sociologue ;
  • Fatimata Mariko de l’Association des musiciens du Niger ;
  • Adamou Akouba, Secrétaire du syndicat des métiers de la musique au Niger ;
  • Thomas Dayan, Secrétaire adjoint de la fédération internationale des musiciens (FIM);
  • Guiomar Alonso, Chef de l’Unité Culture de l’UNESCO Dakar.

Ecoutez-le ici

Consultez le Rapport sur l'Egalité des Genres et la Culture




<- retour vers Toutes les actualités