16.05.2017 - ODG

Les pays nordiques joignent leurs forces pour renforcer l’action de l’UNESCO

Du 10 au 12 mai 2017, l'UNESCO et les États membres nordiques (Suède, Norvège, Finlande, Danemark et Islande) ont tenu leurs premières consultations annuelles conjointes appelée « Dialogues pour un financement structuré » afin de mettre en place une nouvelle approche du financement durable du programme et budget de l'UNESCO.

L’un des éléments marquants de ces discussions intenses a été la réunion de haut niveau tenue le 11 mai à laquelle ont assisté des ministres et des hauts dirigeants des États membres nordiques pour discuter de l'orientation stratégique du prochain programme et budget de l'UNESCO pour la période 2018-2021 et des possibilités d’actions mettant l'accent sur le rôle de l'UNESCO dans la réalisation de l'Agenda 2030 pour le développement durable.

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a ouvert la réunion de haut niveau en soulignant le leadership, l'engagement et la vision que les pays nordiques apportent à l'UNESCO: « Je considère notre partenariat comme exemplaire, il s'appuie sur des liens étroits, sur un engagement fort et une confiance réelle, qui sont les fondements de cette relation ».

Les États membres ont tous sans exception salué la transition de l'UNESCO vers un budget et un programme intégrés, alliant approche holistique et transparence des ressources nécessaires pour soutenir le programme de l'UNESCO. Ils ont reconnu le rôle clé de l'UNESCO dans la réalisation de l'agenda de 2030 et ont souligné l'importance de l'égalité des genres, l'intersectorialité, la transparence, l'engagement dans la réforme de l'ONU et la poursuite d'améliorations supplémentaires dans la gestion des résultats et des rapports déterminants pour la réussite et le renforcement de la confiance des donateurs. Au cours du débat, les États membres nordiques ont encouragé l'UNESCO à renforcer son plaidoyer dans les domaines où elle présente un fort avantage comparatif, comme son rôle dans la promotion de l’ODD 4 pour l'éducation mais aussi de la liberté d'expression, l'eau et les océans, le renforcement de la recherche scientifique, la diversité culturelle, les industries créatives pour le développement ainsi que la préservation du patrimoine en danger.

L'un des objectifs centraux des « Dialogues pour un financement structuré » est de travailler à un financement plus prévisible et durable des programmes. A cet égard, le ministre suédois de l'Éducation, M. Gustav Fridolin, a souligné qu'en signant un accord de financement de quatre ans synchronisé avec le programme de l'UNESCO, la Suède a choisi de passer à l’action. Au cours des consultations, la Norvège et la Finlande ont indiqué qu'elles avaient l'intention d'apporter leur soutien à l'UNESCO sur une base pluriannuelle à l'avenir. Le Danemark et l'Islande ont informé qu'ils valorisaient fortement le rôle de l'UNESCO et continueront d'être des partenaires actifs et engagés auprès de l'Organisation.

Des initiatives de financement très importants ont été formalisées parallèlement aux réunions, notamment le soutien de l’agence suédoise de développement international qui s’élève à 118 116 000 SEK (équivalent à USD 13,3 millions) pour la période 2017-2021 afin de soutenir la recherche scientifique dans le monde en développement à travers les programmes de l'UNESCO «l'Académie des sciences du monde en développement » (TWAS) 'et l'Organisation des femmes en sciences pour le monde en développement (OWSD). En outre, une cérémonie de signature a eu lieu avec la Directrice générale Irina Bokova et le ministre suédois de l'Education, Gustav Fridolin, afin d'apporter une contribution additionnelle de 10 millions de SEK (équivalant à 1,1 million de USD) pour renforcer et élargir l’action internationale sur la promotion de l’éducation sexuelle complète et les environnements d'apprentissage sécurisés.

 




<- retour vers Toutes les actualités