12.02.2014 - ODG

Pakistan : La Directrice générale promeut l’interface entre science, politique et développement durable

© UNESCO/M. Guevel - Establishing a UNESCO Chair on Knowledge Systems for Integrated Water Resources Management, Pakistan, February 2014

Irina Bokova a signé un accord établissant une chaire UNESCO pour la connaissance des systèmes de gestion intégrée des ressources en eau, en présence du ministre de la science et de la technologie, M. Zahid Hamid.

Au cours de sa visite officielle au Pakistan le 6 et le 7 février, la Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a couvert un large spectre de questions scientifiques, allant de la prévision des inondations à la gestion de l’eau et à la coopération Sud-Sud.

Au service météorologique du Pakistan, elle a observé les résultats d’un projet soutenu par l’UNESCO à la suite des terribles inondations de 2010. Comprenant un modèle d’amélioration de la cartographie des risques d’inondation, une plateforme d’échange de données, des formations à la télédétection et un centre audio et vidéo de prévision, le projet a renforcé la capacité d’attention et de gestion du Pakistan, selon son directeur M.Arif Mahmood, qui a appelé de ses vœux une extension du projet.

L’UNESCO a aussi soutenu un programme de modélisation des risques qui permet d’anticiper l’arrivée des tsunamis et de formation aux procédures opératoires de diffusion d’information en 8 minutes. La Directrice générale a exprimé sa fierté dans cette coopération et a souligné l’importance de créer des liens forts entre science et politique pour que les recherches scientifiques servent de base à une prise de décision éclairée.

En visite à l’institut des technologies de l’information COMSATS, Irina Bokova a signé un accord établissant une chaire UNESCO pour la connaissance des systèmes de gestion intégrée des ressources en eau, en présence du ministre de la science et de la technologie, M. Zahid Hamid. Cette chaire développera des programmes d’enseignement, des modules de formation et fournira une plateforme de collaboration, d’apprentissage et d’échange.

COMSAT – la commission de la science et de la technologie pour le développement durable au Sud - compte 21 pays membres et facilite la coopération entre chercheurs scientifiques.

La Directrice générale a aussi visité COMSTECH – une institution composée de 57 pays appartenant à l’organisation de la coopération islamique – qui s’attache à renforcer les capacités scientifiques au travers de subventions, de formations et de politiques scientifiques nationales.

Soulignant que les deux organisations partagent un agenda commun avec l’UNESCO, Irina Bokova a insisté sur la nécessité de reconnaitre le rôle clef de la science, de la technologie et de l’innovation pour le développement dans le nouvel agenda post 2015, avec des partenariats centraux pour le progrès.

A l’université nationale de science et technologie, Madame Bokova a attiré l’attention sur la nécessité de construire des ponts entre la science, le développement durable et la culture de la paix. « Le Pakistan est doté d’immenses ressources naturelles et nous avons besoin du pouvoir de la science et de la technologie pour tirer le meilleur parti de ces atouts pour le bénéfice de tous », a-t-elle déclaré devant un parterre d’étudiants.

Insistant sur le potentiel du Pakistan à devenir un hub scientifique mondial, elle a appelé à favoriser l’accès des femmes aux carrières scientifiques, à une meilleure coopération et à un partage des connaissances pour réduire les inégalités.

Plus fondamentalement, « à l’image de la construction d’une nation qui n’est pas seulement la construction de routes et de barrages, l’éducation est une question de valeurs. Vous êtes les leaders de demain qui pourront renforcer la société, rejeter toute forme d’extrémisme et contrer les préjugés et la discrimination » a-t-elle déclaré aux étudiants.




<- retour vers Toutes les actualités