25.07.2005 -

Une formation à la conservation des archives audiovisuelles vient de se tenir en Autriche

Des archivistes audiovisuels, des conservateurs et des spécialistes des TI du Laos, de Cuba, d'Ouganda, d'Ethiopie, d'Israël, de Lettonie, de Pologne, de Roumanie, du Danemark et d'Autriche ont participé à l'université d'été sur la conservation audio qui s'est tenue à Vienne du 11 au 15 juillet 2005. Le programme de formation parrainé par l'UNESCO était dirigé par le Phonogrammarchiv de l'Académie des Sciences autrichienne, en collaboration avec la Mediathek autrichienne.

La participation d'experts d'Europe orientale et d'Israël était organisée dans le cadre des programmes d'échange entre l'Académie des Sciences autrichienne et les académies correspondantes de ces pays.

 

Le programme s'est ouvert par une présentation détaillée des supports d'enregistrement : technologie et composition, stabilité/durée de vie, facteurs environnementaux, recommandations pour la manipulation et l'entreposage des supports. L'obsolescence des équipements de lecture et des dispositifs auxiliaires, tels que les bandes d'essai, les bobines ou les bandes-amorce, et les stratégies pour réduire les risques correspondants ont également été abordées.

 

Les autres modules de l'université d'été suivaient dans les grandes lignes les normes des publications IASA-TC 03 et 04, émises par le comité technique de l'IASA (Association Internationale d'Archives Sonores et Audiovisuelles), qui constituent les principes fondamentaux dans ce domaine : éthique et principes de conservation des matériaux audio (IASA-TC 03) et guide pratique pour la production et la conservation d'objets audionumériques (IASA-TC 04). Les exposés théoriques étaient complétés par des démonstrations pratiques, notamment dans le domaine de l'extraction de signaux à partir des supports originaux et le contrôle de l'intégrité des données (détection d'erreurs) avec les bandes audionumériques et les disques optiques.

 

La Mediathek a fait une présentation et une démonstration de son système de stockage numérique, tandis que le Phonogrammarchiv a exposé son approche à petite échelle du stockage numérique. Les participants ont notamment été mis en garde sur le risque d'utiliser comme seul support de stockage des disques optiques enregistrables sans appliquer des procédures de test spécifiques. Ces produits grand public doivent être remplacés par des supports de sauvegarde professionnels, lesquels sont devenus abordables y compris pour les petites institutions. La semaine s'est conclue par un tour d'horizon des solutions fiables d'archivage vidéo.

 

Lors du débat de clôture, les participants ont fait part de la nécessité d'approches ascendantes pour la mise en œuvre des mesures et des changements nécessaires au sein des institutions. Ils ont recommandé qu'outre les actions de formaour les spécialistes de la conservation, l'IASA et d'autres organismes devraient organiser des ateliers destinés aux responsables des archives et des bibliothèques afin de promouvoir des procédures descendantes pour l'amélioration des stratégies de conservation.




<- retour vers Toutes les actualités