05.06.2009 -

Campagne sur la liberté de la presse en Mongolie

L'UNESCO a organisé un mois consacré à la Journée mondiale de la liberté de la presse et à la campagne de défense des médias "Nous voulons dire la vérité, mais …" en Mongolie.

Deux tiers de la population mongole réside à Ulan Bator, siège du gouvernement et du parlement et centre d'information du pays. L'UNESCO et Globe International, ONG mongole de défense des médias, ont organisé à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (célébrée chaque année le 3 mai) une campagne pour informer le public à propos de la Loi sur la liberté des médias interdisant la censure, des atteintes aux droits des journalistes et du droit des citoyens à l'information.

 

Pendant un mois, des bannières et panneaux publicitaires faisant référence à la Constitution de la Mongolie, aux déclarations de l'UNESCO sur la liberté d'expression, au droit public à l'information et à la presse indépendante étaient affichées dans les rues les plus passantes de la capitale Ulan Bator. Les déclarations étaient illustrées par des photos de journalistes couvrant les crises politiques récentes et d'animateurs d'émissions télévisées. Avec 94 bannières et panneaux affichés dans les lieux publics les plus populaires, les habitants de la capitale n'ont pas pu échapper à l'appel à l'action pour créer un environnement plus propice aux médias indépendants.

 

Pendant la durée de la campagne, la télévision nationale publique de Mongolie et d'autres organes de presse ont accordé une plus grande attention aux questions relatives à la liberté des médias. La chaîne publique a diffusé le 1er mai 2009 une émission de 50 minutes, "L'heure publique", consacrée à la Journée mondiale de la liberté de la presse avec comme invitée D. Oyuntsetseg, journaliste au quotidien Ardyn Erkh, et montrant des images des bannières et panneaux de l'UNESCO. Les téléspectateurs qui ont appelé pendant l'émission en direct ont pu donner leur avis sur les médias publics et exprimer leur attentes.

 

Parallèlement, la manifestation "Nouvelle génération pour un journalisme équitable" organisée à l'Institut de la presse a rassemblé 82 représentants des écoles de journalisme, des médias et des ONG. Six journalistes mongoles ont expliqué aux étudiants les difficultés qu'ils rencontreront dans l'exercice de leurs métier et la défense de leurs droits professionnels. Douze écoles de journalisme ont fait des exposés sur la situation de la liberté des médias en Mongolie. Les étudiants ont exprimé leurs inquiétudes mais aussi leur espoir concernant l'avenir des médias dans leur pays. Un micro-trottoir tourné par des étudiants dans les rues d'Ulan Bator a permis de prendre la température : la plupart des passants à qui on demandait s'ils faisaient confiance à l'information diffusée par la presse et les médias électroniques, ont répondu par la négative. Bien que l'échantillon soit restreint, les réponses ont abouti à une conclusion pratiquement unanime : le public veut des médias plus précis, objectifs et fiables.




<- retour vers Toutes les actualités