19.04.2011 - UNESCOPRESS

Reconstruction d’Haïti : l’UNESCO mise sur la culture

© Anna Giolitto - Carnaval à Jacmel

Part essentielle de l’identité haïtienne, la culture était au centre d’une conférence sur la reconstruction d’Haïti qui s’est tenue aujourd’hui au siège de l’UNESCO. Son objectif : mobiliser la communauté internationale et le secteur privé pour restaurer le patrimoine culturel endommagé par le séisme et remettre les institutions culturelles en état de marche.

Des représentants des Etats membres, des organisations multilatérales, des banques de développement, du secteur privé et de la société civile étaient conviés à la rencontre présidée par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et la Secrétaire d’Etat à la coopération internationale espagnole, Soraya Rodríguez Ramos. L’Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, Michaëlle Jean et le Directeur général du ministère de la Culture d’Haïti, Stefan Malebranche, ont également pris part à cette réunion intitulée Haïti : faire de la culture un moteur de reconstruction.

Suite au tremblement de terre qui a frappé le pays en janvier 2010, l’UNESCO a mobilisé 9 millions de dollars pour la reconstruction d’Haïti et près de 23 millions sont en cours de négociation. Ces fonds ont notamment permis de mettre en œuvre des projets dans le domaine de l’éducation et de la science. « Aujourd’hui le temps est venu de nous mobiliser davantage pour la culture », a déclaré la Directrice générale. « La culture est constitutive de l’identité haïtienne, elle est partout dans la rue, dans les maisons, dans la manière de vivre est de penser. La culture est une force mobilisatrice, une force de rassemblement ».

L’UNESCO a lancé en juillet 2010 le Comité international de coordination pour la sauvegarde du patrimoine culturel haïtien (CIC), qui a adopté une feuille de route des actions à mener. Cette instance tiendra sa prochaine réunion en décembre 2011 en Haïti.

L’Organisation s’est également employée à sécuriser les sites contre le pillage, à permettre la conservation des collections issues de musées publics et privés endommagés lors du séisme.

Les actions à financer présentées aujourd’hui concernent cinq grands secteurs : le patrimoine mondial (culturel et naturel), le patrimoine culturel immatériel, le patrimoine mobilier (musées, fonds d’archives, bibliothèques), les industries culturelles, et les politiques culturelles. A l’issue de cette réunion, l’Espagne s’est engagée à consacrer 500.000 euros pour financer ces projets.

« Il y a un état d’urgence. Nous devons redoubler d’énergie pour soutenir le rêve auquel aspirent chaque Haïtien et chaque Haïtienne. Tout ce qui est chiffré est réalisable. Notre solidarité ne doit pas fléchir » a conclu Michaëlle Jean.




<- retour vers Toutes les actualités