05.10.2011 - UNESCO

Renforcer l’enseignement du journalisme en Afghanistan

Participants à l’atelier de l’UNESCO sur les cursus de journalisme, Kaboul (Afghanistan) - © UNESCO/S.Habibullah

Les Bureaux de l’UNESCO à Kaboul et à Téhéran ont organisé le mois dernier un atelier sur l’adaptation des Modèles de cursus pour la formation au journalisme de l’UNESCO aux besoins spécifiques de l’Afghanistan, un pays touché par les guerres et les conflits depuis plusieurs décennies. L’atelier, qui s’est déroulé à la Faculté de journalisme de l’Université de Kaboul, était suivi par une vingtaine de participants des universités et instituts de formation des journalistes d’Afghanistan.

L’enseignement du journalisme est confronté depuis quelques années à de nouveaux enjeux, liés en particulier aux progrès des nouvelles technologies de la communication et de l’information. La conception de programmes d’enseignement est une étape essentielle pour renforcer cette discipline dans les pays, comme l’Afghanistan, qui sortent d’une période de conflit.

Zulkarimein Nasution, maître de conférences à l’Université d’Indonésie et principale personne-ressource de l’atelier de l’UNESCO, a insisté sur quelques points importants de la conception des programmes. Il a expliqué que le programme d’enseignement, fondement du processus pédagogique, est relativement plus facile à contrôler que d’autres éléments de ce même processus : budget, étudiants, environnement, etc. Il s’est également attardé sur une des étapes les plus importantes de la conception des programmes : la définition des compétences que les futurs diplômés doivent maîtriser.

En présentant les modèles de cursus de l’UNESCO, M. Nasution a rappelé les trois piliers de l’enseignement du journalisme :

  • les règles, les valeurs, les outils, les standards et les pratiques du journalisme ;
  • les aspects sociaux, culturels, politiques, économiques, juridiques et éthiques du journalisme à l’intérieur et à l’extérieur des frontières nationales ;
  • une culture générale approfondie et une connaissance des enjeux majeurs auxquels sont confrontés les journalistes.

Le professeur Mohammad Salim Rahimi, vice-chancelier de l’Université de Kaboul, a ouvert l’atelier et le professeur Hameedullah Amin, chancelier de l’Université de Kaboul, a présidé la séance de clôture. Dans leurs allocutions, tous deux ont souligné l’importance du soutien de l’UNESCO pour leur pays, qui se trouve dans un moment critique dans ses efforts de renforcement de l’enseignement dans toutes les disciplines, dont le journalisme.

« Nous reconstruisons notre pays, y compris notre système d’enseignement, après trois décennies de guerres et de conflits. Ce n’est que grâce à l’éducation que nous pourrons préparer les jeunes générations. L’atelier de l’UNESCO est un premier pas prometteur vers la conception d’un programme d’enseignement du journalisme uniformisé et inclusif en Afghanistan », a déclaré le professeur Hameedullah Amin. « Le journalisme a fait d’énormes progrès ces dernières années et nous avons besoin d’un programme adapté pour suivre ces évolutions », a ajouté le chancelier de l’Université de Kaboul.

La Faculté de journalisme de l’Université de Kaboul a entamé la réforme de ses programmes d’enseignement. Des contacts ont déjà été établis avec des écoles de plusieurs pays occidentaux. L’atelier de l’UNESCO s’inscrit dans cette démarche.

Arya Gunawan Usis, du Bureau de l’UNESCO à Téhéran, a fait une rapide présentation du processus d’élaboration des modèles de cursus de l’UNESCO et des différentes activités entreprises par l’Organisation pour diffuser ces modèles. M. Usis a mentionné les activités de suivi, qui seront mises en œuvre conformément aux recommandations de l’atelier. Il a aussi transmis le message du directeur du Bureau de l’UNESCO à Kaboul concernant l’engagement de l’UNESCO sur le long terme pour soutenir l’enseignement supérieur en Afghanistan, aux côtés de l’Université de Kaboul et d’autres partenaires aussi prestigieux.

Les Modèles de cursus pour la formation au journalisme de l’UNESCO proposent un cadre général qui peut être adapté aux besoins spécifiques de chaque pays. Ils tiennent compte du contexte social, économique, politique et culturel des pays en développement et des démocraties émergentes, en insistant sur le lien entre démocratie et journalisme et en prônant une plus grande interdisciplinarité au sein des établissements de formation des journalistes. Le processus d’élaboration des modèles a été lancé en décembre 2005, en réponse à de nombreuses demandes des Etats membres concernant une aide dans la conception de programmes d’enseignement de journalisme.




<- retour vers Toutes les actualités