20.10.2010 - UNESCOPRESS

Le Président chilien plaide en faveur de l’éducation et remercie l’UNESCO pour l’aide qu’elle a apportée au Chili

© UNESCO/Michel Ravassard - La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, le Président chilien, Sebastián Piñera, et la Présidente du Conseil exécutif de l’UNESCO, Eleonora Mitrofanova, devant le Conseil réuni en plénière lors de sa 185e session, le 20 octobre 2010

Aujourd’hui, devant le Conseil exécutif de l’UNESCO réuni en plénière, le Président chilien, Sebastián Piñera, a remercié l’Organisation pour son aide dans le cadre de la reconstruction d’écoles et d’autres bâtiments à la suite du séisme et du tsunami qui ont ravagé le pays en février dernier.

« Je remercie l’UNESCO pour l’aide considérable qu’elle nous a apportée durant les semaines, et même les mois qui ont suivi le séisme dévastateur à l’issue duquel un tiers des écoles et des hôpitaux étaient en ruine dans les zones touchées », a déclaré le Président. Dans son intervention, il a aussi souligné que l’éducation était importante pour l’édification de sociétés axées sur la paix, la tolérance et le bien-être. « Nous devons gagner la bataille de l’éducation pour tous les enfants de la planète », a affirmé M. Piñera, car « le meilleur investissement moral, politique et socioéconomique qui soit consiste à offrir une bonne éducation à nos enfants ». « L’État chilien doit relever le défi du passage à de nouvelles formes d’éducation bilingue », a ajouté le Chef de l’État qui a annoncé que « toutes les écoles du Chili auraient accès au haut débit et seraient équipées d’ordinateurs avant 2014 ». « Les objectifs que nous nous sommes fixés sont très ambitieux », a-t-il reconnu, « mais les ressources publiques que nous y consacrons nous aideront à les atteindre ».

Pour sa part, la Directrice générale, Irina Bokova, a félicité Sebastián Piñera pour le dénouement heureux du sauvetage des 33 mineurs chiliens pris au piège dans la mine de San José : « L’efficacité tranquille des opérations de sauvetage, tout comme le courage et la bonne humeur dont ont fait preuve dans l’adversité la plus extrême les 33 mineurs piégés dans la mine de San José, ont fait honneur au peuple chilien », a-t-elle déclaré. « Je voudrais vous féliciter pour le rôle que vous avez joué personnellement dans l’organisation de l’intervention menée en réponse à cette situation d’urgence, dont l’issue a été celle que nous souhaitions tous ».

Avant son intervention devant l’ensemble du Conseil, Sebastián Piñera, accompagné de son Ministre des affaires étrangères, Alfredo Moreno, avait eu une entrevue bilatérale avec la Directrice générale. Ensemble, ils avaient passé en revue quelques-unes des priorités actuelles de l’UNESCO, à savoir obtenir que l’éducation et la culture figurent en bonne place dans l’agenda du développement, travailler à l’élaboration d’un système mondial d’alerte aux tsunamis, lutter contre le changement climatique ou encore favoriser une bonne gestion des ressources en eau mondiales.

M. Piñera a offert à la Directrice générale une copie encadrée du message qui a constitué la première preuve que les 33 mineurs étaient vivants (« Nous allons bien dans le refuge, les 33 »), ainsi qu’une pierre en provenance de la mine et une médaille du bicentenaire de l’indépendance du Chili, commémoré en 2010.
Irina Bokova et le Président Piñera se reverront à l’occasion du 20e Sommet ibéro-américain qui se tiendra à Mar del Plata les 3 et 4 décembre 2010 et auquel la Directrice générale a été invitée par la Présidente de la République argentine, Cristina Fernández de Kirchner.

Le Chili est membre de l’UNESCO depuis 1953. C’est dans sa capitale, Santiago, que se trouve le Bureau régional de l'UNESCO pour l'éducation en Amérique latine et dans les Caraïbes (OREALC).




<- retour vers Toutes les actualités