17.06.2010 - ODG

La Directrice générale en Jamahiriya arabe libyenne

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, à la clôture de la Conférence régionale sur l’utilisation pédagogique de l’Histoire générale de l’Afrique, pendant sa visite officielle en Jamahiriya arabe libyenne le 16 juin 2010.

Du 15 au 17 juin 2010, Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, a effectué sa première visite officielle en Jamahiriya arabe libyenne.

La Directrice générale a eu de fructueux entretiens avec M. Abdelkébir Mohamad Fakhiri, le Ministre de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la question du renforcement des capacités en technologies de l’information et de la communication (TIC) pour le personnel de l’enseignement supérieur. M. Abdelmajid Al-Gaoud, Ministre libyen de l’agriculture et des ressources animales et maritimes, s’est félicité du soutien apporté par l’UNESCO en matière de gestion de l’eau et a rappelé l’aide précieuse que l’Organisation a fournie au projet de Grand fleuve artificiel, le plus grand ouvrage d’ingénierie réalisé dans le monde à ce jour.

Lors de sa rencontre avec le Ministre des affaires étrangères, M. Moussa Mohamad Koussa, la Directrice générale a souligné que la Libye est un partenaire majeur de l’UNESCO et a fait observer l’importance d’intensifier la coopération mutuelle, notamment par l’intermédiaire du Fonds libyen pour l’assistance et le développement en Afrique.

Mme Irina Bokova a également rencontré M. Mohamed Al-Madani Al-Azhari, Secrétaire général de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD). Ils ont examiné des possibilités de coopération dans des domaines d’intérêt commun, dans la sous-région et en Afrique.  De plus, la Directrice générale a eu avec le Secrétaire général de l’Association mondiale pour l’appel islamique, M. Mohamed A. El-Sherif, une entrevue constructive au cours de laquelle ils ont débattu de l’importance du dialogue entre les civilisations, de la promotion de la tolérance et de la compréhension mutuelle et se sont engagés à collaborer davantage dans ces domaines.

Lors de la cérémonie de clôture de la Conférence régionale sur l’utilisation pédagogique de l’Histoire générale de l’Afrique, la Directrice générale a fait valoir l’importance du projet de l’UNESCO relatif à l’Histoire générale de l’Afrique pour le continent africain et pour le monde entier. Rappelant que « l’Afrique est le berceau de l’humanité », elle a souligné que promouvoir l’utilisation de cette collection comme outil pédagogique « est une extraordinaire occasion d’élaborer une vision panafricaine qui mette aussi en lumière la contribution des cultures et civilisations africaines à l’humanité ».




<- retour vers Toutes les actualités