20.03.2015 - UNESCO Office in Dakar

Le ministre Gambien de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie en visite à l’UNESCO Dakar

©UNESCO

Le Bureau Régional de l’UNESCO à Dakar a eu le plaisir de recevoir le ministre Gambien de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, le 16 mars 2015. Le but de la visite était de raffermir les relations avec les institutions d’enseignement supérieur au Sénégal.

La délégation qui l’accompagnait lors de cette visite se composait du Secrétaire permanent, du Secrétaire permanent adjoint chargé des programmes, du Directeur de la planification, du Directeur de la recherche et du Directeur de la science et de la technologie.

La rencontre tournait autour des points suivants :

  1. le développement de la recherche scientifique;
  2. le renforcement et la décentralisation de l’enseignement et la formation techniques et professionnelles (EFTP) ; et
  3. la mise en place d’une politique des sciences et technologies.

La recherche scientifique, une question prioritaire

Essentielle à la création de sociétés savantes et à la mise en œuvre de politiques fondées sur des informations factuelles, la recherche scientifique se situe au sommet du plan d’action du ministre. Aussi, le ministère a produit un rapport qui sera transmis au bureau de l’UNESCO pour déterminer des domaines potentiels de collaboration en terme de méthodologies de recherche et ce, avec chacun des programmes sectoriels de l’UNESCO.

Des études sur les problèmes relatifs à l’EFTP sont notamment à l’origine de la décision de créer des Centres de compétences dans chacune des régions de la Gambie. Dans la même lancée, le ministère compte procéder à une révision des programmes scolaires, à la formation des enseignants spécialisés en EFTP, à la mise à jour de la politique dans ce domaine, à une meilleure prise en compte des besoins du marché du travail et au maintien d’une assurance qualité.

Par ailleurs, les publications et outils développés par l’UNESCO dans le cadre du groupe de travail inter-agences continueront à être partagés avec le ministère gambien. La Directrice du Bureau de Dakar a insisté sur le rôle clé de l’entreprenariat et des compétences générales que les universités doivent aider les étudiants à développer par rapport à cela. Aussi a-t-elle appelé à une planification prospective dans laquelle la recherche pourrait garantir une meilleure réactivité aux besoins du marché du travail, et ce, de façon durable.

Cibler les étudiants à temps

Le gouvernement gambien a priorisé et investi dans la science, la technologie et l’innovation, afin d’encourager les élèves et étudiants (âges entre 13,16 et 19 ans) à suivre cette voie. De plus, former une communauté d’enseignants scientifiques sera un défi crucial que le pays devra relever. Le BREDA a d’ailleurs mis l’accent sur le développement de plans d’action et d’études des exemples d’autres pays (Nigéria, Tanzanie). Des efforts seront également consentis afin que la Gambie intègre l’Observatoire mondial des instruments de politique de science, de technologie et d’innovation (GO→SPIN).

De plus, la Directrice a souligné l’importance des Technologies de l’Information et de la Communication dans le renforcement de l’Enseignement supérieur et du rôle qu’elles jouent dans le management et le respect de la transparence, ainsi que la nécessité d’implanter des infrastructures adéquates.

Avec le support de l’Institut de Statistique de l’UNESCO (ISU), le Bureau de Dakar compte contribuer au développement d’indicateurs en terme d’Enseignement Supérieur et, par la même occasion, promouvoir les données désagrégées afin d’assurer plus d’égalité entre l’EFTP et le domaine de la Science, de la Technologie et de l’Innovation.




<- retour vers Toutes les actualités