26.07.2010 -

Trente-neuf sites candidats à la Liste du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et le ministre brésilien de la Culture, João Luiz da Silva Ferreira - © Pedro França/Brazilian Ministry of Culture

Trente-neuf sites dans 33 pays sont candidats à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO au cours de l’actuelle session du Comité du patrimoine mondial à Brasilia. Trois de ces pays – Iles Marshall, Kiribati et Tadjikistan – n’ont encore aucun bien figurant sur la Liste.

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et le ministre brésilien de la Culture, João Luiz da Silva Ferreira, ont ouvert cette 34e session dimanche soir 25 juillet, celle-ci devant se tenir jusqu’au 3 août.

Dans son discours d’ouverture, Irina Bokova a souligné le lien existant entre le patrimoine et les grands défis auxquels le monde est confronté en matière de développement.  « Je suis convaincue que ce Comité peut ouvrir de nouvelles voies », a déclaré la Directrice générale. « Les sites peuvent permettre de tester des mesures protectrices innovantes impliquant étroitement les communautés concernées » et être « de véritables laboratoires du développement durable dans la pratique ». Il s’agit d’un « message que l’UNESCO entend promouvoir tout au long de l’Année internationale de la biodiversité », a-t-elle ajouté.

Pour sa part, le ministre brésilien de la Culture a salué le fait que « le patrimoine ne soit plus traité de manière isolée » mais qu’il s’inscrive désormais dans le développement national. Il a aussi souligné la nécessité d’améliorer encore la représentativité des innombrables cultures du monde sur la Liste du patrimoine mondial.

Les 39 candidatures soumises cette année incluent 8 biens naturels, 29 culturels et 2 mixtes (à la fois naturels et culturels) ; par ailleurs, 9 extensions de biens déjà inscrits ont été proposées (voir la liste ci-dessous).

Le Comité examinera également l’état de conservation de 147 sites du patrimoine mondial dont 31 biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril et 36 autres qui font l’objet de graves préoccupations. La Liste en péril comprend des sites menacés par différents problèmes tels que la pollution, le développement urbain, le tourisme de masse mal géré, les guerres et les catastrophes naturelles, ayant des effets préjudiciables sur la valeur exceptionnelle pour laquelle ces sites ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

Le Comité du patrimoine mondial, chargé de la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, est constitué de représentants de 21 pays, élus par les Etats parties pour une période de quatre ans. Chaque année, le Comité ajoute de nouveaux sites à la Liste, ceux-ci étant proposés par les Etats parties. Les propositions d’inscription sont ensuite examinées par deux organisations consultatives : les sites culturels par le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), et les sites naturels par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui transmettent ensuite leurs recommandations au Comité. Le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) fournit des conseils d’experts en matière de conservation et des cours de formation sur les techniques de restauration.

Le Comité du patrimoine mondial examine également des rapports relatifs à l’état de conservation des sites inscrits et demande aux Etats parties de prendre, le cas échéant, les mesures de conservation et de préservation nécessaires. Le Comité supervise l’attribution de plus de 4 millions de dollars chaque année, provenant du Fonds du patrimoine mondial et destinés, entre autres, aux mesures d’urgence, à la formation d’experts et à la promotion de la coopération technique. Le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO fait office de Secrétariat du Comité.

A ce jour, la Liste du patrimoine mondial reconnaît 890 biens « d’une valeur universelle exceptionnelle », dont 689 culturels, 176 naturels et 25 mixtes, dans 148 Etats parties.

Biens naturels proposés en vue de leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial :

  • Parc national de Pirin (Extension, Bulgarie) ;
  • Relief Danxia (Chine) ;
  • Sites d’ichnofossiles de dinosaures de la Péninsule ibérique (Espagne/Portugal) ;
  • Plateau de Putorana  (Fédération de Russie) ;
  • Pitons, cirques et remparts de l’île de la Réunion (France) ;
  • Monte San Giorgio (Extension du site Monte San Giorgio en Suisse, Italie);
  • Aire protégée des îles Phoenix (Kiribati) ;
  • Parc national tadjik, montagne du Pamir (Tadjikistan).

Biens culturels proposés en vue de leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial :

  • Système de gestion hydraulique du Haut-Harz (Extension des « Mines de Rammelsberg et la ville historique de Goslar », Allemagne) ;
  • District d’at-Turaif à ad à ad-Dir’iyah (Arabie saoudite) ;
  • Sites de bagnes (Australie) ;
  • Ville de Graz-Centre historique et château d’Eggenberg (Extension de « Ville de Graz-Centre historique », Autriche) ;
  • Sites miniers majeurs de Wallonie (Belgique) ;
  • Place São Francisco  dans la ville de São Cristóvão (Brésil) ;
  • Monuments historiques de Dengfeng au « centre du ciel et de la terre » (Chine);
  • Zone archéologique d’art rupestre de Siega Verde (Extension de « Sites d’art rupestre préhistorique de la Vallée de Côa » au Portugal, Espagne) ;
  • Le binôme du mercure et de l’argent. Almadén, Idrija et San Luis Potosí (Espagne/Slovénie/Mexique) ;
  • Paysage culturel du pays Konso (Ethiopie) ;
  • La Cité épiscopale d’Albi (France) ;
  • Atoll de Bikini, site d’essais nucléaires (Iles Marshall) ;
  • Jantar Mantar, Jaïpur (Inde) ;
  • Chemin de fer léger du Matheran (Extension de « Chemins de fer de montagne», Inde) ;
  • Ensemble du Khānegāh et du sanctuaire de Cheikh Safi al-Din à Ardabil (République islamique d’Iran) ;
  • Ensemble du bazar historique de Tabriz  (République islamique d’Iran) ;
  • La porte aux trois arches de Dan  (Israël) ;
  • Fort Jésus, Mombasa (Kenya) ;
  • Camino Real de Tierra Adentro (Mexique) ;
  • Grottes préhistoriques de Yagul et Mitla au centre de la vallée d’Oaxaca (Mexique) ;
  • Ville minière de Røros et la Circonférence (Extension de « Ville minière de Røros», Norvège) ;
  • Zone des canaux concentriques du XVIIe siècle à l’intérieur du Singelgracht à Amsterdam (Pays-Bas) ;
  • Villages historiques de Corée : Hahoe et Yangdong (République de Corée) ;
  • Zone de conservation de Ngorongoro (La « zone de conservation de Ngorongoro » a été inscrite en 1979 sur la Liste du patrimoine mondial comme site naturel. Elle fait l’objet d’une nouvelle proposition selon des critères additionnels, République-Unie de Tanzanie) ;
  • Eglise de la Résurrection du monastère de Suceviţa (Extension des  « Eglises de Moldavie », Roumanie) ;
  • Paysage laboratoire de Darwin (Royaume-Uni) ;
  • Site archéologique préhistorique de Sarazm (Tadjikistan) ;
  • Kiev : cathédrale Sainte-Sophie et ensemble de bâtiments monastiques, les églises Saint-Cyril et Saint-André, Laure de Kievo-Petchersk (Extension de «Kiev: cathédrale Sainte-Sophie et ensemble de bâtiments monastiques et Laure de Kievo-Petchersk », Ukraine) ;
  • Secteur central de la cité impériale de Thang Long à Hanoï (Viet Nam).

Biens mixtes proposés en vue de leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial :

  • Monument marin national Papahānaumokuākea, Hawaï (Etats-Unis d’Amérique);
  • Hauts plateaux du centre de Sri Lanka : patrimoine naturel et culturel (Sri Lanka).

****

Contacts : 

  • Sue Williams, Bureau de l’information du public (+33.6.15.92.93.62, s.williams(at)unesco.org)  
  • Ana Lucía Dias Guimaraes au Bureau de l’UNESCO à Brasilia (+55.61.2106.35.36, ana.guimaraes@unesco.org.br) 
  • Pour document vidéos (B-rolls) Carole Darmouni (+33.1.45.68.17.38) ; c.darmouni@unesco.org

Pour en savoir plus : whc.unesco.org/fr/sessions/34COM/




<- retour vers Toutes les actualités