29.08.2014 - ODG

L’UNESCO prône l’ « Unité dans la diversité » au 6ème Forum de l'Alliance des Civilisations des Nations Unies

Le 29 Août, la Directrice générale a participé au 6e Forum annuel de l'Alliance des civilisations des Nations Unies, organisée à Bali, en Indonésie, du 29 au 30 août. Ce forum avait lieu pour la première fois en Asie.

Rassemblant des responsables de gouvernements, des experts et des militants d'ONGs de toutes les régions du monde, le 6e Forum se réunit sous le thème « l'unité dans la diversité: célébrer la diversité pour des valeurs communes et partagées» . La séance d'ouverture a été marquée par les interventions de S.E. Susilo Bambang Yudhoyono, Président de la République d'Indonésie, du Premier ministre du Timor-Leste, S.E. Xanana Gusmão, de M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, et de S.E. John W. Ashe, Président de la 68e Assemblée générale des Nations Unies. R.M. Marty M. Natalegawa, Ministre des Affaires étrangères de la République d'Indonésie, José Manuel Garcia-Margallo, Ministre des Affaires étrangères de l'Espagne et Naci Koru, vice-ministre des Affaires étrangères de la Turquie, et Nassir Abdulaziz Al -Nasser, Haut Représentant des Nations Unies pour l'Alliance des civilisations, ont également pris la parole.

Le président de l'Indonésie a parlé du défi majeur actuel "de changer le cours de l'histoire" pour mettre fin aux divisions et aux nombreuses frontières d'intolérance, d'exclusion et de discorde. C'est le devoir de la communauté internationale - de rétablir la confiance stratégique au niveau mondial, de promouvoir la réconciliation et de guérir les communautés brisées, de favoriser de nouvelles compétences et les valeurs de la paix par l'éducation, de renforcer le dialogue entre les peuples et les cultures, en s'appuyant notamment sur les nouveaux médias. À cet égard, le Président a parlé de l'aspiration à construire une «communauté de protection et de partage au sein de l'ASEAN », et à travers le monde.

"Certains disent que nous nous dirigeons vers une« nouvelle Guerre froide », a déclaré le président. "Quoi qu'il en soit, j’ai l’impression que nous vivons déjà une « paix chaude ».

Le Premier ministre du Timor-Leste a souligné les liens entre l'injustice et le conflit, soulignant la nécessité d'une action globale pour bâtir la confiance et réduire les hostilités. «Nous nous rencontrons dans un contexte de hausse du racisme, de l'intolérance, de l'extrémisme et des conflits dans de nombreuses régions du monde où la paix n'est qu'un cauchemar violent".

Dans ce contexte, le Premier ministre a déclaré, «Nous avons besoin d'une révolution pour consolider la paix et promouvoir notre humanité commune et un avenir commun."

Dans son discours, le Secrétaire général M Ban Ki-Moon a déclaré: «nos différences ne doivent pas nous diviser mais être des moteurs de notre prospérité et de la paix." Il a passé en revue les défis croissants de la paix à travers le monde, y compris au sein des sociétés, du racisme et des discours de haine, aggravé par la vitesse des nouveaux médias. «La plupart des pires crises du monde sont la cause de ceux qui exploitent la peur pour le pouvoir", a déclaré le Secrétaire général. "Trop de sociétés sont fracturées par des failles culturelles, religieuses ou ethniques. Les guerres prenant naissance dans l’esprit des gens, le chemin de la paix est passe à travers le cœur des gens et les Nations Unies travaillent tous els jours et dans le monde entier pour construire un avenir plus pacifique" .

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies a évoqué les travaux actuels entre États pour ​​l'élaboration d'un nouveau programme mondial de développement à suivre 2015, soulignant l'importance du dialogue interculturel et de la participation de toutes les sociétés à cet efforts.

Le Haut Représentant a parlé de la "chance historique aujourd'hui de célébrer la diversité pour forger des valeurs communes et partagées» - y compris «le respect des libertés fondamentales », soulignant le rôle de l'Alliance des civilisations, à cet égard, en collaboration avec tous ses partenaires.

La Directrice générale a prononcé un discours clé au cours de l'Alliance des civilisations Groupe des Amis réunion ministérielle de l'ONU.

Dans son intervention, Mme Irina Bokova a souligné le travail de l'UNESCO pour promouvoir la diversité culturelle sur la base des droits humains, notamment à la tête de la Décennie internationale des Nations Unies pour le rapprochement des cultures (2013-2022) - proposée par le Kazakhstan et adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies.

Irina Bokova a remercié le Haut Représentant de la fructueuse coopération avec l'UNESCO, soulignant : "nous sommes des alliés naturels." Elle a souligné les 70 ans d'expérience de l'UNESCO dans la construction de la paix par le dialogue, qui relève de son domaine privilégié et de sa responsabilité en tant qu'institution spécialisée des Nations Unies.

"Toutes les cultures sont différentes, mais l'humanité est une seule famille, liée par le respect des droits de l'homme et des aspirations de la dignité», a déclaré la Directrice générale.

«Nous reconnaissons tous l'interdépendance croissante du monde - pouvons-nous faire de cette interdépendance une force?"

Pour répondre à cette question, Irina Bokova a souligné l'action de l'UNESCO - dans la promotion de nouvelles formes d’alphabétisation culturelle et l'éducation aux médias, à l'appui des politiques efficaces pour exploiter la puissance de la diversité, et se concentrer sur les jeunes comme agents de changement positif et pour la conception de programmes d'enseignements à la citoyenneté mondiale.

"La diversité culturelle est une réalité, mais elle doit aussi être une politique - en mêmes plusieurs politiques publiques dans un cadre démocratique et pluraliste", a déclaré la Directrice générale.

Elle a noté que ces objectifs guident toute l'action de l'UNESCO sur le terrain à l'appui des gouvernements, ainsi dans la mise en œuvre des cadres normatifs de l'UNESCO, comme les conventions culturelles.

Cette action inclut la conduite du mouvement de l'Education pour tous, et de l’initiative du Secrétaire générale l’Education avant tout. Elle englobe également la Route de l'esclave, l'Histoire générale de l'Afrique et l'histoire de l'Islam, dont le volume 6 vient d’être publié.

"Nous sommes en train de reconstruire mausolées au Mali et la restauration de manuscrits - c'est notre réponse à l'extrémisme et c'est la vision directrice de l'UNESCO."

La Directrice générale a également souligné l'importance d'intégrer la puissance de la culture et de la diversité culturelle pour le développement durable - en soulignant le plaidoyer de l'UNESCO dans le programme de développement mondial pour l'après 2015, avec le soutien des États membres.

En conclusion, Irina Bokova a cité le discours prononcé par le Président de l'Indonésie à la Conférence générale de l'UNESCO 2011, à l'occasion du 10e anniversaire de la Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle.

"Les sociétés ont vécu trop longtemps sur l’opposition de« nous »et« eux ». Il est temps de construire un «nouveau nous». »

Ceci, dit-elle, doit être notre guide pour façonner un nouveau programme mondial de développement, pour un monde plus pacifique et tolérant.




<- retour vers Toutes les actualités