25.04.2012 - ODG

L’UNESCO défend la diplomatie de l’eau

© Nout Steenkamp

Lors du lancement des premiers Entretiens des Nations Unies sur l’eau, le 24 avril, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a appelé de ses vœux un engagement renouvelé en faveur de la diplomatie de l’eau comme « instrument essentiel de persuasion pour un monde plus pacifique ».

« Il est urgent que nous renouvelions notre engagement en faveur de la diplomatie de l’eau. Nous devons trouver de nouvelles formes de diplomatie dans ce domaine, pour intégrer des perspectives diverses et résoudre les problèmes par des méthodes reposant sur la science et la technologie et qui favorisent le dialogue interculturel » a-t-elle déclaré devant un public composé de jeunes professionnels de l’eau, dont beaucoup venaient de pays en développement.

La Directrice générale s’est interrogée sur le rôle des Nations Unies et de l’UNESCO dans la médiation et dans la négociation de conflits, et plus particulièrement sur l’état actuel de la diplomatie de l’eau. Elle a ainsi mis l’accent sur la richesse et la diversité des instruments de l’UNESCO dans le domaine de la diplomatie de l’eau, notamment le Programme hydrologique international de l’UNESCO, le Programme mondial pour l'évaluation des ressources en eau, conduit et hébergé par l’UNESCO, l’Institut UNESCO-IHE pour l'éducation relative à l'eau et les nombreux centres relatifs à l’eau placés sous l’égide de l’UNESCO dans toutes les régions du monde.

Au cours du débat qui a suivi son intervention, la Directrice générale a indiqué que l’UNESCO serait l’institution chef de file de la préparation et des célébrations de l’Année internationale de la coopération dans le domaine de l'eau (2013) proclamée par l’ONU, ainsi que de la Journée mondiale de l'eau 2013. L’Année internationale visera à faire prendre davantage conscience des possibilités de développer la coopération. Elle permettra de mettre en avant les réussites qui ont marqué la coopération dans le domaine de l’eau et de cerner les nouvelles questions pressantes concernant l'éducation relative à l'eau, la diplomatie de l'eau, la gestion transfrontière de l'eau, la coopération financière et les cadres juridiques nationaux et internationaux.

La Directrice générale a exprimé son soutien à l’initiative du Gouvernement néerlandais, qui envisage de créer une structure pour la diplomatie de l’eau à Delft. « L’UNESCO serait ravie de contribuer à cette initiative et d’y coopérer », a-t-elle déclaré. « La proximité de l’Institut UNESCO-IHE pourrait être un avantage pour concrétiser cette entreprise ».

Avant d’assister aux Entretiens des Nations Unies sur l’eau, la Directrice générale a visité les locaux de l’Institut et rencontré son Rectorat.

Dans la soirée, la Directrice générale était l’invitée d’honneur du cinquième « Dîner de l’eau » organisé par l’Office des eaux de Delfland. Les quatre premières éditions de ce dîner avaient débouché sur des initiatives concrètes – dont celle concernant la tenue des Entretiens des Nations Unies sur l’eau. Cette année, les discussions ont porté sur la manière dont l’UNESCO-IHE et le centre des Nations Unies qu’il est envisagé de créer à Delft pourraient aider les parties néerlandaises à resserrer leurs liens avec la scène internationale dans le domaine de l’eau. Ces discussions ont une nouvelle fois permis de souligner le leadership mondial de la ville de Delft et de l’UNESCO-IHE en tant qu’experts de l’eau.




<- retour vers Toutes les actualités