03.10.2011 - UNESCO

L’UNESCO préserve le patrimoine culturel en Ouzbékistan

Groupe de musiciens ouzbeks, Samarkand, 1927 (auteur inconnu) – © Musée-réserve d’Etat d’art et d’histoire de Samarkand

La Maison de la Photographie de Tachkent accueille l’exposition Histoire numérisée : mémoires. Ouverte au grand public, l’exposition présente des tirages de négatifs sur verre d’une grande rareté datant des années 1920-1930, de la collection du Musée-réserve d’Etat d’art et d’histoire de Samarkand.

Une centaines de photographies exceptionnelles, témoins de l’histoire, de la culture, des arts et de l’éducation de l’Ouzbékistan au début du XXe siècle, ont été choisies pour figurer dans l’exposition. Une partie des négatifs sur verre représentent des lieux saints et des mosquées à Samarkand, Boukhara et Khiva dans les années 1920-1930. Ces photographies témoignent de l’évolution architecturale de ces antiques cités, mais aussi de la vie socio-économique, politique et culturelle au tournant du XIXe et du XXe siècle.

L’exposition est le fruit du projet de Préservation des négatifs sur verre anciens au moyen de la numérisation, entrepris par le Bureau de l’UNESCO à Tachkent et le ministère de la Culture et des Sports de la République d’Ouzbékistan. Dans le cadre de ce projet, l’UNESCO a apporté son soutien aux musées de Khiva et de Boukhara pour la conservation de leurs collections de plaques de verre.

Au vernissage, auquel étaient invités les représentants des ambassades, de l’ONU et des organisations internationales accréditées en Ouzbékistan ainsi que le grand public, M. Toursounali Kouziev, ministre de la Culture et des Sports d’Ouzbékistan, a témoigné sa reconnaissance envers l’UNESCO pour le soutien apporté à ce projet. Il a également remercié tous les experts qui ont participé à la préservation de ces collections documentaires d’une valeur inestimable qui nous font connaître la culture du début du XXe siècle. « J’encourage la poursuite de ce type d’initiative dans l’avenir. Ces travaux peuvent être utiles aux historiens, aux ethnographes, aux architectes mais aussi au grand public, car ils permettent de fouiller les couches du patrimoine culturel enfouies dans les musées d’Ouzbékistan », a déclaré le ministre.

Jorge Espinal, chef du Bureau de l’UNESCO à Tachkent, a observé que les photographies exposées ont traversé le temps pour nous transmettre une connaissance unique du passé. Elles ont une valeur esthétique mais aussi historique.

La numérisation de ces photos jusque-là inédites ouvre de nouvelles perspectives aux historiens, aux anthropologues et à d’autres chercheurs pour l’étude du patrimoine historique et culturel de l’Ouzbékistan.

L’UNESCO soutient ses Etats membres dans le domaine de la préservation et de la diffusion de leur patrimoine documentaire, afin de sensibiliser le public à l’importance de la mémoire. La préservation du patrimoine et l’accès au savoir font partie des grandes priorités de l’UNESCO visant à promouvoir le libre accès au contenu multilingue sur Internet.




<- retour vers Toutes les actualités