27.06.2014 - Secteur des sciences sociales et humaines

L'UNESCO soutient l'éthique et la bioéthique à travers le monde

© Flickr / Novartis AG

Les membres des comités nationaux d’éthique et de bioéthique, d’une quarantaine de pays à travers le monde * se sont réunis à Mexico, du 22 au 24 juin 2014 dans le cadre du 10e Sommet mondial des comités nationaux d'éthique et de bioéthique. Les participants ont échangé sur des questions telles que les implications éthiques des nouvelles technologies, la couverture universelle de santé, l’éthique de la recherche, le rôle des organisations internationales et le fonctionnement des comités nationaux d'éthique et de bioéthique (CNE) dans leurs contextes nationaux et régionaux. L'événement a été organisé par l'UNESCO, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Commission nationale de bioéthique du Mexique.

Lors de ce sommet, l'UNESCO a présenté l’analyse d'un sondage mené auprès des comités nationaux d'éthique et de bioéthique. L’objectif de ce sondage était de mieux connaitre les comités à travers le monde : leur composition, leurs méthodes de travail et les défis auxquels ils sont confrontés au niveau national. Le débat s’est centré autour d’importantes questions, comme les limites de leur indépendance et de leur autonomie par rapport à leur organisme de tutelle (ministère ou autre) ; comment atteindre la société civile et la faire intervenir davantage dans les processus de prise de décision ; comment mieux diffuser les résultats des travaux des comités ; et comment mieux sensibiliser les populations sur les questions de bioéthique.

La couverture universelle de santé a été un autre sujet important abordé lors du sommet. Ceci relève de l’intérêt que l'UNESCO porte au concept de la justice globale, qui constitue le cadre dans lequel l’Organisation élaborera son travail dans le domaine de la bioéthique et de l'éthique des sciences et des technologies. D’autres importantes questions ont été discutées, telles que la définition de la santé, du droit à la santé et du droit à l'accès aux soins de santé.

Norman Daniels, philosophe américain, éthicien et bioéthicien à l'Université de Harvard (États-Unis d’Amérique), et l'un des plus éminents auteurs qui travaillent actuellement sur la bioéthique et les politiques publiques, a déclaré que la couverture universelle est essentielle mais que n'était pas le seul moyen de parvenir à l'équité en matière de santé , car celle-ci est également déterminée par de nombreux autres facteurs en dehors du système de santé, tous liés à la justice sociale. Plusieurs participants ont présenté les défis et les réalisations de leurs pays dans ce domaine. Il a été déclaré que souvent des politiques adéquates sont plus importantes que la richesse dans le processus de développement d’un système de couverture des soins.

L'UNESCO, l'OMS, le Conseil de l'Europe, la Commission européenne et le Conseil des organisations internationales des sciences médicales (CIOMS) ont participé dans un panel sur les défis d'avenir et l’amélioration des interactions entre les comités nationaux de bioéthique. Y ont été débattus des sujets comme : l’éthique de la recherche, la relation entre les perceptions universelles et locales (ou régionales) des principes et des législations, la mise en réseau des comités et des questions mondiales sur la bioéthique.

L'UNESCO a présenté un plan à moyen terme afin de permettre une interaction plus active entre les comités, les experts internationaux et les gouvernements. Dans les 3 à 4 prochaines années, l'UNESCO soutiendra les comités pour changer à la fois leur travail et leur fonctionnement. Il est prévu qu’ils vont travailler plus étroitement ensemble et se rencontrent plus souvent. C'est l'objectif de l'UNESCO, à travers son Comité intergouvernemental de bioéthique, d’assurer que leur travail alimente directement le débat international, y compris les discussions qui auront lieu pendant la Conférence générale de l'UNESCO et son Conseil exécutif.

Les comités se sont félicités et ont reconnu l’étroite collaboration entre l'UNESCO et l'OMS, grâce à des initiatives telles que le Sommet mondial, qui s'est avéré être un moyen constructif de soutien de leur travail.

Le prochain Sommet mondial aura lieu à Berlin (Allemagne) en 2016. Pendant ce temps, la communication globale entre les comités régionaux et nationaux sera renforcée, et un document de travail sera produit pour discussion lors du prochain sommet. Les thèmes spécifiques à l’ordre du jour seront définis dans les prochains mois par le Comité directeur du Sommet, dont l'UNESCO et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) font partie.

* Pays présents au Sommet : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Cuba, Équateur, Estonie, États-Unis d'Amérique (y compris Porto Rico), Finlande, France, Irlande, Italie, Jamaïque, Japon, Kenya, Liban, Luxembourg, Mexique, Nigéria, Norvège, Ouganda, Pakistan, Philippines, Portugal, République de Corée, République dominicaine, Royaume-Uni, Sénégal, Singapour, Sri Lanka, Suède, Suisse, Trinité-et-Tobago, Tunisie, Turquie, Zambie et Zimbabwe.




<- retour vers Toutes les actualités