26.09.2013 - Communication & Information Sector

L’UNESCO appelle les enseignants en journalisme français à innover

Discours de Janis Karlkins à la Conférence nationale des métiers du journalisme, le 26 septembre 2013 au siège de l’UNESCO. © UNESCO

Pour changer les méthodes des journalistes dans les salles de rédaction, les écoles de journalisme doivent d’abord innover dans les cursus qu’elles proposent. Voilà le message que Jānis Kārkliņš, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information, a fait passer lors de la 4e Conférence nationale des métiers du journalisme, qui débutait aujourd’hui au siège de l’UNESCO à Paris.

Dans son discours de bienvenue adressé à plus de 250 journalistes et enseignants en journalisme français, Kārkliņš a déclaré que l’avenir du journalisme est certes devenu incertain, mais que « c’est justement de cette incertitude que pourra naître un nouveau journalisme, à la hauteur de la nouvelle donne sociale, économique, politique et technologique. »

Il a insisté sur les initiatives entreprises par l’UNESCO pour façonner l’avenir du journalisme, notamment grâce aux Modèles de cursus pour la formation au journalisme, publiés par l’organisation en 2007, que plus de 70 écoles de journalisme dans 60 pays différents ont adaptés en fonction de leurs propres contextes linguistiques, sociaux et culturels.

Kārkliņš a ensuite rappelé à l’assemblée que dans le cadre de ses efforts pour trouver des solutions innovantes aux nouveaux défis qui apparaissent, l’UNESCO avait depuis publié un recueil de dix nouveaux programmes d’enseignement téléchargeable sur internet en anglais.

“En publiant ces ouvrages, a-t-il ajouté, l’UNESCO répond aux difficultés que connaissent aujourd’hui dans le monde entier les journalistes spécialisés, entre autres dans les domaines des changements climatiques, de l’exploitation de données, du dialogue interculturel, du trafic d’êtres humains ou encore de la sécurité numérique.

Kārkliņš a également signalé que l’UNESCO soutenait la Journée mondiale de la liberté de la presse, notamment avec le Plan d’Action des nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité, et a fortement conseillé aux participants de ne pas négliger l’importance du professionnalisme. Respecter la déontologie journalistique est en effet selon lui devenu une épreuve dans un environnement de communication trop souvent corrompu par les relations publiques et une commercialisation effrénée, et où les nouveaux canaux des médias contraignent les journalistes à se plier à des délais impossibles.

Il a également annoncé la proposition par l’UNESCO d’une Initiative mondiale d’excellence pour l’enseignement du journalisme visant à favoriser « un esprit de discussion collégiale et de partage des points de vues entre tous les membres, dans le but d’atteindre « l’excellence » dans l’enseignement, l’étude et la pratique du journalisme dans le monde entier. »

La Conférence nationale des métiers du journalisme (CNMJ) est un forum voué au dialogue et au débat. Créée en 2010, elle rassemble 14 écoles de journalisme françaises reconnues par la profession.  Elle s’adresse aux enseignants, aux associations professionnelles, aux autorités publiques, aux chercheurs et autres personnalités qualifiées.




<- retour vers Toutes les actualités