01.12.2009 -

Ouzbékistan : Créer une oasis dans le désert

UNESCO/Muratova Auli

Un projet visant à arrêter la progression des dunes de sable vers une ville, phénomène qui engendre des problèmes de santé, est l’une des neuf initiatives de développement durable basées sur les écoles du réSEAU à avoir remporté le prix créé par la Commission nationale coréenne pour l'UNESCO.

En 2009, la Commission nationale coréenne pour l'UNESCO a invité les écoles associées de l'UNESCO dans la région Asie-Pacifique à lui soumettre de bonnes pratiques éducatives ayant pour but de promouvoir l’éducation en vue du développement durable (EDD) et les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). En raison de leurs contributions remarquables, neuf projets scolaires issus de cinq pays ont été retenus. Ils abordent des thèmes connexes comme la promotion de la santé chez les écoliers, la protection de la biodiversité, la diversité et la gestion de l’eau et des ressources naturelles. 

L’école spécialisée N° 1 du réSEAU, celle de Zarafshan (Ouzbékistan), a décidé de prendre des mesures pour empêcher les dunes de s’approcher davantage de la ville. La ville se trouve au milieu du désert et les vents de sable provoquent des problèmes pulmonaires et oculaires. L’école a décidé de planter des saxaouls, un arbre du désert doté de racines profondes et ayant besoin de peu d’eau. Avec l’aide de spécialistes, une pépinière de saxaouls a été créée dans la cour de l’école. Les élèves ont ensuite transféré les plants vers une zone du projet en dehors de la ville. Centimètre par centimètre, ce projet a arrêté l’avancée du désert et réduit la puissance des vents de sable. Par ailleurs, une brochure et un calendrier scolaire donnant des conseils pour des pratiques durables au quotidien aident les élèves à agir de manière responsable dans leur vie de tous les jours. 

Mme Sufiya Dekhkanova, enseignante et coordinatrice du projet, a déclaré : « Le prix de 2009 a été crucial pour le projet. Grâce à cette récompense et à l’attention qu’elle a attirée sur l’école, le projet implique désormais les parents ainsi que les entreprises privées locales ».

 




<- retour vers Toutes les actualités