02.08.2010 - UNESCOPRESS

Le Comité du patrimoine mondial inscrit trois nouveaux sites culturels, trois sites naturels et une extension sur la Liste du patrimoine mondial

[Translate to francais:] Phoenix Islands Protected Area (Kiribati) - © UNESCO

Le Comité du patrimoine mondial, dont la 34e session se tient actuellement à Brasilia, a inscrit trois nouveaux sites culturels, deux au Mexique et un au Brésil. Il a également inscrit trois sites naturels en Chine, dans les îles Kiribati, sur l’île de la Réunion (France) et a approuvé l’extension d’un site existant en Bulgarie.

Les sites culturels sont (par ordre d’inscription) :

Camino Real de Tierra Adentro (Mexique)

Le Camino Real de Tierra Adentro était la route royale intérieure, également connue sous le nom de Route de l’argent. Le bien inscrit, qui se compose de 55 sites et de cinq autres déjà inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, concerne une section de 1400 km de cette route d’une longueur totale de 2600 km qui partait du nord de Mexico pour se prolonger jusqu’au Texas et au Nouveau-Mexique, aux Etats-Unis. Cette route, utilisée de la moitié du 16e au 19e siècle, servait principalement à convoyer l’argent extrait des mines de Zacatecas, de Guanajuato et de San Luis Potosí et le mercure importé d’Europe. Bien qu’elle doive son existence et sa consolidation à l’industrie minière, cette route favorisa aussi la création de liens sociaux, culturels et religieux, en particulier entre les cultures espagnole et amérindienne.

Grottes préhistoriques de Yagul et Mitla au centre de la vallée d’Oaxaca (Mexique)

Situé dans la vallée de Tlacolula, dans l’Etat subtropical d’Oaxaca, ce bien se compose de  deux ensembles archéologiques préhispaniques et une série de grottes préhistoriques et d’abris sous roche. Certains de ces abris ont livré des traces archéologiques et d’art rupestre qui sont un témoignage des premiers agriculteurs sédentarisés. Des graines de cucurbitacée vieilles de 10 000 ans découvertes dans la grotte Guilá Naquitz sont considérées comme les premiers témoignages de plantes domestiquées sur le continent tandis que des fragments d’épis de maïs trouvés dans la même grotte apparaissent comme les témoignages des plus anciens de domestication du maïs. Le paysage culturel des grottes de Yagul et Mitla démontre le lien entre l’homme et la nature qui est à l’origine de la domestication des plantes en Amérique du Nord, permettant ainsi le développement des civilisations mésoaméricaines.

Place São Francisco de São Cristovão (Brésil)

La place São Francisco, dans la ville de São Cristovão, forme un quadrilatère à ciel ouvert, entouré d’édifices imposants anciens tels que l’église de São Francisco et son couvent, l’Eglise de Santa Casa da Misericórdia, le palais provincial et les demeures associées de différentes époques autour de la place. Cet ensemble monumental, avec les maisons du 18e siècle et du 19e siècle avoisinantes, crée un paysage urbain qui reflète l’histoire de la ville depuis son origine. L’ensemble franciscain est un exemple de l’architecture typique de cet ordre religieux qui s’est développée dans le nord-est du Brésil.

Les sites naturels sont (par ordre d'inscription) :

Danxia de Chine

Danxia de Chine est le nom donné aux paysages qui se sont formés sur des couches sédimentaires terrigènes rouges continentales, influencées par des forces endogènes (notamment le soulèvement) et des forces exogènes (notamment l’altération et l’érosion). Le site inscrit comprend six secteurs situés dans la zone subtropicale du sud-ouest de la Chine. Il se caractérise par des falaises rouges spectaculaires et toute une gamme de reliefs et d’érosion, en particuliers des colonnes naturelles spectaculaires, des tourelles, des ravins, des vallées et des cascades. Ces paysages tourmentés ont contribué à la conservation de feuillus sempervirentes subtropicaux et ils abritent de nombreuses espèces de flore et de faune, dont 400 sont considérées comme rares ou menacées.

Aire protégée des îles Phoenix (Kiribati)

L’Aire protégée des îles Phoenix (APIP) est composées d’habitats marins et terrestres qui s’étendent sur 408.250 km2 dans l’océan Pacifique sud. Le bien inscrit comprend le groupe des îles Phoenix, un des trois groupes d’îles formant Kiribati. Il s’agit de la plus grande aire marine protégée au monde. L’APIP conserve l’un des derniers écosystèmes intacts d’archipel corallien océanique de la planète, avec ses 14 monts sous-marins (probablement des volcans éteints) et autres habitats d’eaux profondes. La zone abrite environ 800 espèces connues de la faune, dont près de 200 espèces de coraux, 500 espèces de poissons, 18 mammifères marins et 44 espèces d’oiseaux. La structure et le fonctionnement des écosystèmes de l’APIP illustrent sa nature vierge et son importance en tant que voie de migration et de réservoir. C’est le premier site des îles Kiribati à être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial.

Pitons, cirques et remparts de l’île de la Réunion (France)

Ce bien coïncide avec la zone centrale du Parc national de la Réunion. Il couvre une superficie de plus de 100 000 ha, soit 40% de la Réunion, une île composée de deux massifs volcaniques située dans le sud ouest de l’océan Indien. Dominé par deux pics volcaniques, le site présente une grande diversité d’escarpements, de gorges et de bassins boisés qui, ensemble, créent un paysage spectaculaire. Il sert d’habitat naturel à une grande diversité de plantes présentant un degré d’endémisme élevé. On y trouve des forêts ombrophiles subtropicales, des forêts de brouillard et des landes, le tout formant une mosaïque d’écosystèmes et de caractéristiques paysagères remarquables.

Parc national de Pirin (Bulgarie) - extension

Sur une étendue de plus de 27 000 ha, à une altitude de 1 008 à 2 914 m dans le massif du Pirin, dans le sud-ouest de la Bulgarie, le parc présente un paysage karstique des Balkans, avec ses lacs, ses cascades, ses grottes et ses forêts de pins. Il a été ajouté à la Liste du patrimoine mondial en 1983. L’extension inclut désormais l’ensemble du Parc national de Pirin, soient près de 40 000 ha, à l’exception de deux zones touristiques (ski). La partie principale de cette extension est une zone de hautes montagnes de plus de 2000 mètres d’altitude comprenant surtout des prairies alpines, des éboulis rocheux et des sommets.

Ces sites s’ajoutent aux 20 autres biens naturels, culturels et mixtes inscrits ou ayant fait l’objet d’une extension pendant cette session du Comité. Ces sites se trouvent au Sri Lanka, aux Etats-Unis, en République Unie de Tanzanie, en Arabie saoudite, en Australie, en Inde, en République islamique d’Iran (2), dans les Iles Marshall, en République de Corée, au Viet Nam, en Chine, au Tadjikistan, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Norvège, en Autriche, en Roumanie et en Espagne.

La 34e session du Comité du patrimoine mondial se tient sous la présidence du ministre de la Culture du Brésil, João Luiz Silva Ferreira. Ouverte le 25 juillet, elle se poursuit jusqu’au 3 août. Au total, 39 sites sont candidats à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial.

****

Contact médias à Brasilia :

Sue Williams. Tel : +33 (0) 6  15 92 93 62. S.williams(at)unesco.org

Pour les médias audiovisuels :

Carole Darmouni. Tel : +33 1 45 68 17 38.  c.darmouni(at)unesco.org

Des images sont disponibles pour les télévisions (B-roll) 

Photos

                                                            
 

 

 




<- retour vers Toutes les actualités