26.06.2018 - UNESCO Office in Nairobi

Les Comores lance un nouveau projet pour sauvegarder leur patrimoine culturel immatériel pour le développement durable

Artisan du Collectif Masogno Sitara - Brodeuse de kofia lors de la cérémonie du lancement du projet PCI aux Comores © UNESCO/Karalyn Monteil

Le 25 juin 2018, son excellence M. Mahamoud Salim HAFI, le Ministère de la Jeunesse, des Sports, de l’Insertion Professionnelle, des Arts et de la Culture a ouvert un atelier de sensibilisation sur la Convention 2003 de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel aux cotés de M. Mathias NAAB, Coordinateur Résident des agences des Nations Unies aux Comores, devant une centaine de participants originaires de trois îles de l’Union des Comores qui ont participé à la cérémonie de lancement du projet.

Grâce à un soutien financier des Fonds en dépôt de l'Autorité pour le tourisme et la culture d'Abou Dabi (ADTCA) auprès de l’UNESCO, le Ministère de la Jeunesse , des Sports, de l’Insertion Professionnelle, des Arts et de la Culture et le Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’est ont lancé le « Projet de renforcement des capacités aux Comores pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel pour le développement durable » le lundi 25 juin 2018 à Moroni. Les participants ont été accueillis par les danseurs et musiciens traditionnels de l'association UJM d’Iconi ainsi que les artisans traditionnels de la broderie de kofia et de draguila, la vannerie, la poterie et la sculpture artisanale des collectifs Swanaakom et Masogno Sitara.

La cérémonie de lancement du projet sur le patrimoine culturel immatériel (PCI) a été suivie par une conférence de presse avec une douzaine de médias nationaux qui ont pu posé des questions à la Directrice-générale des Arts et de la Culture, Mme. Wahidat Hassani ; à l’expert international de l’UNESCO pour le PCI, M. Mohamed Lemine Beidjeu ; à la coordinatrice national du projet, Mlle. Djabhana Said Ibrahim ainsi qu’à la Conseillère régionale pour la Culture du Bureau régionale de l’UNESCO pour l’Afrique de l’est, Mme. Karalyn Monteil.

Ensuite, une trentaine des participants regroupant les autorités nationales oeuvrant pour la culture, l’Université des Comores, le CNDRS (Centre National de la Documentation et de la Recherche Scientifique), le Collectif des Comores, les experts nationaux, les représentants des communautés et de la société civile ainsi que les autres parties prenantes ont été invité à suivre un atelier de sensibilisation sur le PCI animé par M. Beidjeu du 25 au 29 juin 2018 à l’Hôtel Golden Tulip (ancien hôtel Itsandra).

Les Comores ont ratifié la Convention sur la Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en 2013. L’UNESCO a mené une étude d’analyses des besoins nationaux pour la mise en œuvre de la Convention en 2015. Les résultats ont abouti à l’élaboration d’une proposition du projet qui a été soumis à l’ADTCA pour financement. Le projet, d’un montant global de 249 435 USD (environ 101,520,045 KMF) va durer seize mois et comprend 3 activités principales qui visent à :

· Renforcer les cadres législatif et institutionnel pour une meilleure mise en œuvre de la Convention 2003 au niveau national ;

· Développer les capacités des ressources humaines des principales institutions en charge du patrimoine culturel, des universités et de la société civile ; et

· Former les institutions compétentes et la société civile à la conduite d’inventaires, notamment au travers la « vidéo participative », pour une meilleure documentation et sauvegarde du PCI.

Pendant son discours pour la cérémonie de lancement du projet, le Ministre de la Culture a sollicité l’implication de toutes les parties prenantes à s’engager dans la problématique du patrimoine culturel immatériel en soulignant que « C’est pour mieux cimenter l’unité Nationale que le Chef de l’Etat propose, dès le Préambule de la Nouvelle loi fondamentale …non seulement de promouvoir les pratiques religieuses et morales ; mais surtout de développer la culture et ce patrimoine de promotion de l’esprit national. Le nouveau citoyen que le chef de l’Etat espère fonder doit être défenseur de ce patrimoine culturel surtout immatériel. » Il a ensuite constaté que « les communautés sont les gardiens des sanctuaires des valeurs culturelles et des traditions populaires. Elles restent les acteurs principaux pour localiser, répertorier, valoriser, conserver et léguer le patrimoine aux générations futures. » Le Ministre a terminé son discours par un chaleureux remerciement aux autorités d’Abu Dhabi pour leur soutien financier indéfectible à l’exécution de ce projet, et en exprimant son gratitude envers l’UNESCO.

Ensuite, le Coordinateur Résident des agences des Nations Unies aux Comores, M. Mathias Naab a “… souhaité plein de succès dans la mise en œuvre de ce projet ambitieux qui vise à renforcer la législation et la politique culturel des Comores, qui va former un comité de pilotage national pour veiller sur le patrimoine culturel immatériel au-delà la finalisation des activités du projet, et qui va élaborer le premier inventaire du patrimoine culturel immatériel riche et diverse des communautés comoriennes qui symbolise ce peuple et l’identité national de ce pays.” Il a terminé son intervention en disant: “Je suis confiant que les partenaires et experts assemblés autour de ce projet vont assurer la réussite des activités; et le dévouement du Ministère de la Jeunesse, des Sports, de l’Insertion Professionnelle, des Arts et de la Culture va assurer que les résultats mènent au développement durable du pays. »

Recommandations de l'atelier, en Français

Brochure du Project des Comores sur la Convention de 2003 de l’UNESCO pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel aux Comores

Information additionnelle:

https://ich.unesco.org/fr/qu-est-ce-que-le-patrimoine-culturel-immateriel-00003

https://ich.unesco.org/fr/projets/renforcement-des-capacites-des-comores-pour-la-sauvegarde-du-patrimoine-culturel-immateriel-en-vue-du-developpement-durable-00384

https://abudhabiculture.ae/fr/about-us




<- retour vers UNESCO Bureau de Nairobi
Retour en haut de la page