19.06.2018 - UNESCO Office in Nairobi

Le Djibouti mobilise des acteurs nationaux pour la sauveguarde de son patrimoine culturel immatériel

Participants à l'atelier national sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à Djibouti le 18 juin 2018 © Direction de la culture de Djibouti/ Abdallah Soultan Dileita

Les expressions, représentations, pratiques, connaissances et compétences des communautés arabes, afar et somaliennes de Djibouti font l'objet d'un atelier de quatre jours sur le patrimoine culturel immatériel, qui s'est tenu au Palais du Peuple à Djibouti.

Du 18 au 21 juin 2018, le Ministre des affaires musulmanes, de la culture, et des biens Waqfs de la République de Djibouti, avec le soutien de l'UNESCO, a réuni 40 autorités nationales et locales, experts, ONG, représentants des communautés et des medias pour participer à l’atelier national sur la mise en œuvre de la Convention de l'UNESCO de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à Djibouti.

Son excellence, honorable M. Moumin Hassan Barreh, Ministre des affaires musulmanes, de la culture, et des biens Waqf, a ouvert l'atelier aux côtés du ministre de l'éducation national et le ministre de la communication. Dans son discours d'ouverture, le ministre Barreh a souligné l'engagement du Président de la République de Djibouti dans la promotion de la culture en tant que priorité nationale pour le renforcement de l'identité nationale et la sauvegarde du patrimoine. Le ministre de l'éducation, et secrétaire général de la Commission nationale djiboutienne pour l'UNESCO, a souligné l'importance de cet atelier pour permettre aux participants d'identifier et de sauvegarder le patrimoine culturel immatériel de Djibouti.

L'UNESCO a engagé l'expert national, M. Idriss Ahmed, et un expert international de la Convention de 2003, M. Mohamed Beidjeu, pour animer l'atelier. Le programme comprend une introduction générale à l'UNESCO et à ses six conventions dans le domaine de la culture, allant du patrimoine mondial au patrimoine culturel immatériel aux industries culturelles et créatives. Les domaines du patrimoine culturel immatériel, qui vont des expressions, représentations, pratiques, savoirs et savoir-faire, ont été présentés en détail ainsi que l'importance de leur relation avec les instruments, objets, et espaces culturels associés aux éléments. La nécessité pour les communautés, les groupes et, dans certains cas, les individus, de reconnaître ces éléments comme faisant partie de leur patrimoine culturel a été soulignée comme base pour l'identification du patrimoine culturel immatériel. Les participants ont également été invités à considérer l'importance de promouvoir la transmission du patrimoine culturel immatériel de génération en génération afin d’assurer sa sauvegarde.

A la suite de l'atelier, le Djibouti prévoit de soumettre une demande de projet d'Assistance internationale au Fonds de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel afin de commencer le travail d'inventaire et de développer une législation nationale et une politique culturel pour la protection du patrimoine culturel immatériel de Djibouti.

Le Ministre chargé de la culture s'est également engagé à créer un comité national chargé de superviser la mise en œuvre de la Convention de 2003, ratifiée par Djibouti en 2007.

Cet atelier national a suivi l'Assemblée générale des États parties à la Convention de 2003 pour la Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui s'est tenue au siège de l'UNESCO à Paris du 3 au 6 juin 2018 et où l'État partie de Djibouti a été élu nouveau membre du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Pour plus d'informations sur la Convention de l'UNESCO de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, veuillez consulter: https://ich.unesco.

Recommandations de l'atelier




<- retour vers UNESCO Bureau de Nairobi
Retour en haut de la page