©Lafreneire, 2016

L'UNESCO promeut la liberté d'expression en Afrique de l'Est en tant que droit humain fondamental, tel qu'il est consacré dans l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et en tant que facilitateur de tous les autres droits. Pour que la liberté d'expression soit une réalité, il faut qu'un environnement juridique et réglementaire permette à un secteur des médias ouvert et pluraliste d'émerger. Il doit exister la volonté politique de soutenir le secteur des médias et la règle de droit pour la protéger. En outre, il doit y avoir des lois garantissant le droit à l'information et la sécurité des travailleurs des médias et l'éradication de l'impunité dans les cas contre les journalistes. Ces éléments, ainsi que les professionnels des médias adhérant aux normes éthiques et professionnelles conçues par les praticiens, servent d'infrastructure fondamentale sur laquelle la liberté d'expression peut prévaloir pour promouvoir un environnement propice à un média solide dans la région.Sur la base de l'avantage comparatif de l'UNESCO dans le système des Nations Unies et en reconnaissant qu'aucun acteur unique ne peut répondre à la multitude de défis auxquels sont confrontés les médias dans la région, le Bureau Régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est contribue à la coordination entre les acteurs médiatiques de la Région a l'échelle nationale. C'est en vue de créer une synergie entre les différents acteurs, dans la promotion d'un environnement propice à la liberté d'expression, à la liberté de la presse et à la sécurité journalistique grâce à une combinaison d'interventions normatives et d'approches supérieures. Des efforts ont été déployés avec d'autres acteurs des médias, pour renforcer le renforcement des capacités du personnel des médias, renforcer les médias indépendants, les associations de journalistes et les institutions de formation et soutenir des politiques favorisant un environnement propice à la liberté d'expression.En outre, l'UNESCO soutient la mise en œuvre du Plan d'action de l'ONU sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité et des initiatives telles que le renforcement des mécanismes des Nations Unies pour répondre aux préoccupations en matière de liberté d'expression, sensibiliser et favoriser les initiatives de sécurité et le partage des connaissances entre les États Membres sont soutenues.Un soutien est également fourni pour renforcer la capacité des médias à mener une auto-réglementation et à transformer les radiodiffuseurs d'Etat en un service public de radiodiffusion.

Retour en haut de la page