03.03.2014 - UNESCOPRESS

L’énergie, un secteur qui carbure à l’eau, selon un rapport des Nations Unies

La demande énergétique est appelée à augmenter sensiblement dans les décennies à venir, notamment dans les économies émergentes. Or, cette demande croissante pourrait bien se faire au détriment des ressources en eau. C’est ce qui ressort du Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau qui sera lancé à Tokyo (Japon), le 21 mars, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau.

Exploiter, transporter, traiter l’eau : toutes ces opérations nécessitent de l’énergie. L’extraction des carburants fossiles et la production d’électricité requièrent de leur côté de grandes quantités d’eau. Intitulé Eau et Energie, le rapport souligne l’interdépendance entre ces deux secteurs.  De fait, les choix effectués dans un domaine ont des répercussions dans l’autre : les sécheresses exacerbent les crises énergétiques tandis que l’impossibilité d’accéder au réseau électrique limite les possibilités d’irrigation.

Au total, la production énergétique représente près de 15% des prélèvements en eau. D’ici 2035, les prélèvements liés à la production énergétique devrait augmenter de 20% supplémentaires entre maintenant et 2035, sous la pression de la croissance démographique, de l’urbanisation et de l’évolution des modes de consommation, notamment en Chine et en Inde.

De nombreuses régions du monde sont déjà confrontées à une raréfaction des ressources en eau. Or, la hausse de la demande énergétique risque de peser lourd sur les ressources en eau, notamment dans les régions arides, met en garde le rapport qui plaide notamment pour une révision des politiques tarifaires. Car le prix de l’eau, une ressource généralement considérée comme un « don de la nature », reflète rarement son coût réel.  Le rapport préconise également une meilleure coordination des services d’eau et d’énergie et une plus grande implication du secteur privé.

Le Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau (WWDR) est le fruit de la collaboration des 31 agences qui constituent l’ONU-Eau. Il est produit par le Programme d’évaluation des ressources en eau (WWAP), qui est hébergé et mis en œuvre par l’UNESCO. Jusqu’en 2012, le rapport, qui dressait un état des lieux exhaustif de l’état des ressources en eau dans le monde, était présenté tous les trois ans. A partir de cette année, il devient annuel et thématique. Sa présentation coïncidera désormais avec la Journée mondiale de l’eau dont la thématique sera alignée sur celle du rapport.

***

Contact : Agnès Bardon Service de presse de l’UNESCO, tel : +33 (0) 1 45 68 17 64, a.bardon(at)unesco.org

Le rapport est sous embargo jusqu’au 21 mars.

Il pourra être communiqué en avance sur demande.

 




<- retour vers News single view ES
Retour en haut de la page