17.11.2015 - Natural Sciences Sector

L’UNESCO attribue un nouveau statut aux Géoparcs mondiaux

© Reykjanes Global Geopark/ Olgeir Andrésson Valahnjúkur, Géoparc mondial de l'UNESCO de Reykjanes.

Les 195 États membres de l’UNESCO ont ratifié la création d’un nouveau label, les Géoparcs mondiaux de l’UNESCO le 17 novembre 2015. L’adoption de ce label montre l’importance accordée par les gouvernements à la gestion holistique de sites et de paysages géologiques exceptionnels.

La décision a été prise lors de la Conférence générale des États membres de l’UNESCO, organe directeur de l’organisation, qui s’est réunie à Paris du 3 au 18 novembre.

Les Géoparcs mondiaux de l’UNESCO racontent les 4 600 millions d’années de l’histoire de la Terre, ainsi que les évènements géologiques qui l’ont façonnée tout en modelant l’évolution de l’humanité même. Ils témoignent des changements climatiques passés, tout en fournissant des données sur les défis actuels, permettant ainsi aux communautés locales de mieux se préparer aux risques de catastrophes telles que les tremblements de terre, les tsunamis ou encore les éruptions volcaniques.

Les Géoparcs mondiaux de l’UNESCO s’efforcent de sensibiliser le grand public à la géodiversité, tout en soutenant les bonnes pratiques de conservation, d’éducation et de tourisme. Les sites du Patrimoine mondial, les Réserves de biosphère et les Géoparcs mondiaux de l’UNESCO forment un éventail complet d’outils de développement durable ; ils apportent une contribution inestimable à la réalisation du Programme de développement durable à l'horizon 2030 en combinant des perspectives locales et globales.

Ce nouveau label officialise la collaboration étroite de l’UNESCO avec les géoparcs, initiée en 2001. Depuis, le nombre de géoparcs a augmenté par le biais du Réseau mondial des géoparcs pour atteindre le nombre de 120 sites dans le monde entier. Ils sont devenus un outil essentiel permettant à l’UNESCO de travailler avec ses États membres et leurs communautés sur les questions de patrimoine géologique et des sciences de la Terre.

Les États membres ont également approuvé les statuts d’un nouveau programme international : le Programme international pour les géosciences et les géoparcs (PIGG). Ces deux décisions permettront à l'Organisation de mieux aborder les défis actuels liés aux sciences de la Terre et donnent un statut international à un ancien réseau de sites d'importance géologique.

Plus d’informations :




<- retour vers News single view ES
Retour en haut de la page