29.11.2012 - ODG

La Directrice générale rencontre la Coordonnatrice résidente des Nations Unies à Cuba

Le 28 novembre, au deuxième jour de sa visite officielle à la Cuba, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a rencontré l’Équipe de pays des Nations Unies et la Coordonnatrice résidente pour Cuba, Mme Barbara Pesce Monteiro.

La Coordonnatrice résidente a dressé un état de la situation actuelle à Cuba et présenté le rôle qu’y jouent les Nations Unies en matière de coopération globale. Il existe 15 institutions, fonds et programmes des Nations Unies en activité à Cuba, dont 6 ont des représentants résidents qui développent des projets dans le pays.

Évoquant le Plan-cadre des Nations Unies pour l'aide au développement (PNUAD) 2008-2012 pour Cuba, la Coordonnatrice résidente a fait savoir qu’il avait été prolongé jusqu’en 2013, en accord avec le Gouvernement cubain. Les cinq principaux domaines de coopération sont le développement humain local, les risques associés aux catastrophes naturelles, l’environnement et l’énergie, la santé et la sécurité alimentaire. Les OMD (Objectifs du Millénaire pour le développement) et les questions liées au genre fonctionnent sur un mode transversal. La Coordonnatrice résidente a annoncé que le deuxième PNUAD pour Cuba avait été lancé et qu’il avait été mené en étroite coopération avec les partenaires et les pouvoirs publics cubains en vue d’établir une feuille de route pour le pays.

Parlant des nombreuses années de présence des Nations Unies à Cuba, la Coordonnatrice résidente a souligné l’importance du travail accompli dans le pays par le Bureau régional de l'UNESCO pour la culture.

À cet égard, la Directrice générale a rappelé que Cuba possède historiquement une solide tradition intellectuelle et un passé qui lui servent d’appui pour développer activement ses politiques culturelles. Évoquant sa visite au Musée de l’alphabétisation, la Directrice générale a souligné l’importance d’une éducation de qualité, notamment pour les enseignants. Elle a insisté sur le rôle primordial que les Nations Unies, et plus particulièrement l’UNESCO, ont à jouer pour soutenir Cuba dans ce domaine.

 




<- retour vers News single view ES
Retour en haut de la page