03.06.2014 - ODG

Forum mondial sur les glissements de terrain à Beijing

© UNESCO - Vegetation destroyed by landslides

Le 3 juin, la Directrice générale a prononcé un discours lors du troisième Forum mondial sur les glissements de terrain, tenu à Beijing du 2 au 6 juin 2014.

Le Forum est organisé par le Consortium international sur les glissements de terrain (ICL) et le Service géologique chinois, parrainés par l’UNESCO, avec la participation de plus de 400 experts, universitaires et responsables venant de 50 pays.

« Nous ne pouvons pas arrêter les catastrophes, mais nous pouvons en réduire les risques et en minimiser les conséquences », a déclaré la Directrice générale.

« Nous devons agir à plusieurs niveaux, afin de développer des systèmes d’alertes rapides  au sein des communautés, d’intégrer la réduction des risques aux plans de développement et aux stratégies d’intervention et de promouvoir l’éducation et la formation ».

Le Forum s’est ouvert en présence de M. Wang Min, Vice-Ministre chinois du territoire et des ressources et Président du Service géologique chinois, de M. Paolo Canuti, Président du Consortium international sur les glissements de terrain, de M. Feng Min Kan, Chef du Bureau régional pour l’Asie et le Pacifique de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations Unies  de M. Bruce  Stewart, Directeur de l’Organisation météorologique mondiale, et de M. Yuan Tseh Lee, Président du Conseil international pour la science.

« Les catastrophes touchent au plus profond le « développement durable », réunissant ses trois piliers – social, économique et environnemental », a poursuivi la Directrice générale.

« Pour minimiser les risques, nous devons renforcer la résilience des infrastructures, des écoles, des hôpitaux, des routes, des systèmes d’approvisionnement en eau, et des gouvernements. Mais cela ne suffit pas. Il faut cultiver la résilience de chaque fille, de chaque garçon, de chaque adulte. »

Irina Bokova a replacé toute cette action dans le contexte de la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable et du Cadre d’action de Hyogo pour la réduction des risques de catastrophe et l’éducation à la résilience, ainsi que dans celui de l’élaboration du programme de développement mondial pour l’après-2015.

À ce titre, elle a souligné l’importance de la troisième Conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophes qui doit se tenir à Sendai (Japon) en mars 2015.

À tous ces niveaux, la Directrice générale a insisté sur le rôle de premier plan que l’UNESCO continuera de jouer pour aller de l’avant.




<- retour vers News single view ES
Retour en haut de la page