Gestion des bases de données

Le volet « Gestion des bases de données » (1995-1999) a été mis en place dans le cadre du programme GARS-Afrique afin d’améliorer la gestion des données géoscientifiques et d’évaluer leur intégration à la technologie SIG dans un environnement SIG/GeoDIAS. Le volet a fourni des données numériques géocodées aux études géologiques dans les pays en développement où des informations de ce type n’étaient pas disponibles auparavant. Il a créé un lien entre l’imagerie matricielle (provenant de capteurs aéroportés ou satellites) et d’autres informations géospatiales, afin d’exploiter au mieux tous les ensembles de données aux fins d’études géoscientifiques dans les pays participants.

Une base de données géoscientifiques fournit au géoscientifique toutes les informations géospatiales nécessaires pour réaliser une étude de terrain complète à un endroit géographique donné. Les bases de données géoscientifiques sont essentielles pour les programmes internationaux nécessitant un échange d’informations et un accès libre aux données. Les bases de données géoscientifiques sont classées en trois grandes catégories :

  • Inventaires – contenant des informations telles que des observations géologiques ou des sections de forages ;
  • Cartographiques – contenant des informations géocodées telles que des points, des zones ou des frontières ;
  • Numériques – contenant des informations telles que des données pétrologiques, géochimiques ou géophysiques.

Méthode

Le volet « Gestion des bases de données » s’est appuyé sur les enseignements tirés du précédent volet « Transfert de connaissances » du programme GARS-Afrique, et comprenait quatre composantes majeures.

  • Formation de spécialistes en gestion de bases de données et au logiciel SIG/GeoDIAS.
  • Installation de stations de traitement d’images pour l’analyse de données.
  • Acquisition de données de télédétection à intégrer dans les bases de données géoscientifiques.
  • Conception et mise en œuvre d’une base de données géoscientifiques pour chaque pays participant.


Collaboration

La phase de Gestion des bases de données a été menée au Botswana, en Éthiopie, en Ouganda, en République-Unie de Tanzanie, au Swaziland et au Zaïre, avec la collaboration du Musée royal de l'Afrique Centrale (MRAC) et le financement extrabudgétaire du gouvernement belge et de l’UNESCO.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter J. Lavreau (jlavreau(a)africamuseum.be) ou M. Fernandez (mfernandez(a)africamuseum.be), ou bien consulter le site Web du MRAC.

Retour en haut de la page